Contemplation

Absorbée par la contemplation de leur traits si parfaits, elle ne s'était pas rendue compte de ce qu'ils étaient, réellement...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chez Alicia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alicia Bellanger

avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 35
Âge rpg : 17
Métier : Lycéenne
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Chez Alicia.   Mer 7 Jan - 0:47

De retour à la Push,
me retrouvant face à moi-même, je décidai de me diriger vers mon ami de
toujours, mon piano. Grâce à lui, je parvenais souvent à extérioriser tout ce
que je ne pouvais exprimer par des mots.



Je pianotai les
premiers accords de « Imagine » de John Lennon, tandis que je
fredonnais cette chanson que je me répétais souvent lorsque j’étais préoccupée.
Puis, en imaginant un pont, j’enchainai sur Rivers the flow in you que
je n’arrivais pas à sortir de mon esprit, malgré toutes mes tentatives.



Alors que j’allais
commencer un nouveau morceau, une ombre attira mon regard de l’autre côté de la
fenêtre du salon. Je me retournai vivement, rien n’avait bougé. Prudente, je me
levai et allai voir si Enya n’avait pas failli à sa promesse. J’ignorai à cet
instant, si j’espérais qu’elle l’ait fait ou non…



Ma surprise n’en fut
que plus grande lorsque je vis la personne devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Mer 7 Jan - 19:57

Cinq ans.
Ce chiffre fit écho dans mon esprit et m'amusa légèrement. Il pouvait sembler immense dans une vie humaine, mais tout cela m'avait tellement peu manqué que cela ne me choqua même pas.

Oui. Cinq ans que je n'étais pas sortie du Parc d'Olympic. Depuis mes 12 ans, lors de ma vraie adhésion à la meute, je n'étais pas ressortie et je n'avais eu aucun autre contact humain. J'étais plus solitaire, ou bien plus renfermée sur moi même et dans le groupe que nous formions, avec la meute d'Olympic.

Cette fois-ci, consciente que je devrais bien sortir un jour, je m'étais proposée pour la première fois de sortir faire les courses pour tout le monde. Je m'étais choisie comme destination Forks, puis je passerai à Port Angeles s'il n'y avait pas ce que je souhaitais prendre. J'avais toute la journée devant moi après tout.

Heureuse de faire quelques détours (pour une fois que je sortais), je décidais de me rendre à La Push pour voir de mes propres yeux ce que j'avais souvent vue sur des photos.

Je m'étais à peine garrée que j'avais déjà un pied dehors, observant avec fascination la sublime vue : la plage, les maisonnettes, tout s'accordait à merveille.

Désireuse de savoir qui habitait là, je m'approchais de la maison la plus proche avec délicatesse et prudence, comme à mon habitude. Quelqu'un jouait du piano, des morceaux que je ne connaissais pas mais que je trouvais plutôt beaux.

Je passais près de la fenêtre, furtivement, histoire d'en savoir un peu plus. C'était une fille, ou une femme, je n'aurais pas su vraiment le dire, mais elle n'avait pas l'être d'être un loup-garou. Cette situation attisa ma curiosité et je ne pu m'empêcher de vouloir entrer (sans frapper).

Alors que je me trouvais devant la porte, ce fut, à ma grande surprise, elle qui s'ouvrit avant que je ne le fasse. Je me retrouvais alors nez à nez avec la demoiselle. Ne savant que dire, je la fixait légèrement de mes prunelles sombres tandis que mes bijoux accrochés autant à mes lèvres qu'à mes oreilles se mettèrent à balancer à mon mouvement de salut. Je me courbais légèrement en avant avant de me redresser.

- Et bien, bonjours... Je ne m'attendais pas à voir quelqu'un en faites...!

En faites, si. Après tout, j'avais voulus rentrer car j'avais entendue cette personne. Un petit mensonge, rien de plus, songeais-je en souriant légèrement, avant de vouloir fuir la situation dans laquelle je m'étais mise.

- Je... Et bien, je vais vous laisser.... Apparemment je me suis trompée de maison...

Je fis demi-tour avant de m'arrêter, l'index sur les lèvres, pensive. J'étais venue pour voir les indiens les plus proches de chez moi après tout et pour le moment, je n'avais vue qu'une humaine. Certes, elle pouvait elle aussi être Quilleute... Je me retournais donc à nouveau et lui demanda en fronçant légèrement les sourcils.

- Est-ce que les terres appartiennent toujours aux Quilleutes? J'étais venue voir de vieilles connaissances mais à vrai dire, je ne sais même pas s'ils sont encore là.

J'eus un sourire penaud et lissa légèrement mes cheveux sur le haut de mon crâne, tic montrant ma gêne. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas parlé à quelqu'un d'autre qu'à des gens de ma meute après tout...


(Je sais pas si je peux poster, si tu attendais quelqu'un je peux la refaire partir xD)
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Bellanger

avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 35
Âge rpg : 17
Métier : Lycéenne
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Mer 7 Jan - 23:12

Une jeune femme, aussi pâle qu’Enya, se tenait debout devant moi et m’adressa la parole. Ses yeux étaient noirs, aussi noirs que les miens, ce qui me laissa penser qu’elle n’était pas de la même nature que celle que j’avais croisée dans la forêt. Je ne sus que répondre à la vue de cette nouvelle étrangère. En effet, la ville n’était pas le lieu propice aux rencontres. Face à mon silence, elle annonça son départ et commença à partir quand elle s’arrêta et me demanda si les terres appartenaient toujours aux Quilleutes, ce qui m’étonna, étant donné que jamais je n’avais pensé que ça puisse changer. En effet, je me souviens encore des ennuis qu’avaient eus Ambre lorsqu’elle était venue s’installer dans la région avec son père. C’était comme s’il y avait un secret que seuls les élus pouvaient entrer.

-Oui, nous sommes à la Push, c’est la réserve des Quilleutes. Mais je… Je vis ici avec mon père et sa femme, tu cherches quelqu’un en particulier ? Je peux peut-être t’aider.

Elle semblait étrange avec ses piercings, mais elle n’avait pas l’air méchant. Et paraissait beaucoup moins dangereuse que celle qui se rappelait à moi lorsque je passais la langue sur ma lèvre.

-Entre, il fait très froid dehors.

C’est à ce moment que je réalisai qu’elle non plus ne frissonnait pas.

*Il me faudra me méfier des personnes qui m’entourent. Je vais finir par me demander si je suis en train de rêver…*


Je m’écartai afin de laisser entrer la demoiselle, attendant de voir si elle préférait partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Jeu 8 Jan - 21:41

Je la fixait silencieusement, la laissant parler et écoutant avec attention toutes ses paroles. Son père et sa femme; elle ne devait pas beaucoup apprécier sa belle-mère vu le ton qu'elle employait en la citant. Lorsqu'elle me rappela qu'il faisait froid, mes yeux se posèrent discrètement sur mes bras nus et je m'engouffrais dans la maison en poussant un discret "Ah oui". Bah oui, il faisait froid prêt de l'océan. Enfin bon.
J'eu vite passé ce petit détail qui n'avait sûrement même pas intrigué la jeune fille - ce qui a été bien évidemment faux. Je me rappelais alors de la question précédente qu'elle m'avait posée et que j'avais zappée, trop distraite par la contemplation de l'intérieur de la petite maison. Elle s'attendait à un nom, je n'en avais aucun. Je n'avais pas pensé une seule seconde qu'il y aurait à La Push des Quilleutes qui ne fussent pas des Loups-Garous. Pendant un instant, je reposais mes yeux noirs sur elle et je cru quelques secondes que mon regard l'aurait effrayé.
- À vrai dire, on m'a juste dit que j'avais de la famille à La Push et vu que je ne passe que très rarement dans le coin, j'avais voulus dire un petit bonjours. Mais apparemment ça s'est agrandit depuis la dernière fois.
Je finis par me taire, consciente que ce que je venais de dire révelait le fait que je n'avais pas du mettre les pieds ici depuis quelques années. Je n'aimais pas vraiment raconter ma vie, surtout à des gens que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam, en admetant qu'Adam fut un loup. Pauvre de lui.
- Vous jouez très bien, finis-je par dire en pointant du doigt le piano. J'étais plutôt gênée et j'étais persuadée qu'elle s'en était rendue compte.
Je me promenais légèrement dans la maison, consciente que cela ne se faisait sûrement pas. Je laissais mon index glisser le long de certains meubles, observant quelques photos avant d'arriver devant le piano. Il était noir, sûrement fait d'ébène. J'adorais le piano. J'en jouais parfois mais peu aimait à la meute, et ma vie tournait autour de la meute.
Je me rendis alors compte, en observant ses vêtements, que mon acoutrement n'était même pas de la bonne saison. J'avais une petite robe bleue, sûrement d'été. Je n'aurai pas su la décrire plus que ça, n'étant pas spécialement accro aux vêtements et à ce qu'ils signifiaient...
Mon regard se tourna brusquement vers la fenêtre, je venais de voir passer un couple et compris qu'ils n'étaient eux non plus, pas Quilleutes. Un léger soupire sortit de ma poitrine et mes yeux se reposèrent sur la jeune fille. Elle était plutôt jolie d'ailleurs, ses yeux aussi étaient sombres. Peut-être aussi sombres que les miens...
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Bellanger

avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 35
Âge rpg : 17
Métier : Lycéenne
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Jeu 8 Jan - 23:24

Je regardai cette étrange jeune fille traverser la pièce, regardant partout autour d’elle, et sa manière de fureter ainsi me mit mal à l’aise. Elle avait cette manière de toucher les objets, d’avancer vers le piano. Puis, elle me dit que je jouais bien du piano. Comme si cela pouvait excuser sa façon de pénétrer chez moi… En plus, elle ne répondait à aucune question. J’ignorai qui elle était venue voir, ce qui m’alerta et me fit paniquer. Après tout, même si ses prunelles ne semblaient pas inquiétantes, je m’étais trompée peu avant et avais fini près d’un être qui avait failli me dévorer les lèvres.

Sans que j’y prêter attention, je me retrouvai en train de me les mordiller distraitement, ce qui
m’arracha une grimace, réveillant ainsi la douleur. Puis, la terreur.


*va-t-elle se jeter sur moi comme Enya ? Va-t-elle perdre la raison également ? *

Je m’éloignais, cherchant soudain un prétexte pour la faire partir. Je commençai donc une liste de question :

-Et donc, ta famille vit ici ? T’es une Quilleute ? Tu es si… pale, je ne l’aurais jamais deviné.

Je l’observais afin de décrypter ses réactions. Et au fond, j’espérais avoir des réponses. Elle n’avait
visiblement aucune envie de se jeter sur moi afin de déchiqueter ma lèvre. Il était possible qu’elle n’ait rien de dangereux.


-Depuis que je suis là, seulement quelques familles sont arrivées. Cela doit faire un moment que tu n’es pas venue. Et nous devons avoir le même âge, ou presque, ne me vouvoie pas, s’il te plaît. Tu veux boire quelque chose, j’allais me faire un thé pour me réchauffer. Je suis rentrée il y a peu…

J’avais remarqué deux personnes près de la maison, il s’agissait du couple de jeune mariés qui s’étaient installés deux maisons plus loin. Je les avais souvent vus avec un chien, ils devaient sans doute le chercher une fois encore… Je me retournai après avoir regardé par la fenêtre pendant quelques secondes, vers mon invitée qui elle aussi donnait l’impression d’avoir vu les passants. Nos regards se croisèrent, elle me dévisageait. J’étais inquiète mais tentai de ne rien laisser paraitre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: v   Sam 10 Jan - 13:24

Je finis par m'adosser au mur, posant une main sur mon bras comme pour mieux me tenir. Lorsqu'elle me dit que j'étais pâle, je ne pu retenir une grimace et fis une légère moue avant de lui répondre immédiatement. J'avais tout un flot d'explications concernant ma pâleur et je les fournissais à qui les voulais, comme une excuse.
- Oui, j'ai une partie de ma famille qui vit ici. Enfin, famille plutôt éloignée. Et oui, je suis une Quilleute, enfin, j'ai été élevée comme les autres Quilleutes. C'est juste que mes vrais parents étaient blancs comme neige bien que mon grand-père était plutôt typé indien.
La position que j'avais pris contre le mur me reposait et je m'étais légèrement détendue. Mon regard continuait à s'éloigner de la pièce, parfois, je fixais à travers la fenêtre l'océan ou les gens qui passaient. Elle me demanda de ne pas la vouvoyer, ce que je n'aurais aucun mal à faire à vrai dire.
- En faites, je ne suis jamais venue ici... Je n'ai vu que des photos, c'est aussi pour ça que je suis incapable de te donner des noms... Je sais juste que j'ai de la famille et j'espérais tomber directement sur eux... Et, euh, oui, je veux bien du thé, moi aussi.
Je n'osais pas demander à manger, étant comme mes compères un ventre sur pattes, mais j'espérais que le thé me remplirait assez la pence pour ne pas à avoir à dévaliser le magasin de Forks.
Tandis que mon "hôte" était partit à la cuisine, je ne pu m'empêcher d'y pénétrer, tout en restant dans l'encadrement de la porte.
- Dis moi, tu sais s'il y a des bons supermarchés à Forks?
Je m'étais posée la question qu'une fois dans ma voiture et j'avais un peu honte de devoir retourner leur demander où il était alors que je souhaitais me débrouiller seule. Au pire, je n'aurais qu'à me transformer en loup rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Bellanger

avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 35
Âge rpg : 17
Métier : Lycéenne
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Sam 10 Jan - 13:51

Elle était Quilleute, elle semblait pourtant mal à l’aise, comme si elle me cachait quelque chose, mais je préférai ne pas en tenir compte. Elle souhaitait un thé ? je lui servirai donc une tasse fumante. Ma belle mère m’avait appris à recevoir, même des étrangers ; ce que je n'avais jamais compris d'ailleurs, mais respectais puisque ça semblait très important... Une coutume peut-être : Il fallait toujours leur proposer à boire et lorsque ceux-ci acceptaient, toujours ajouter un biscuit ou deux et surtout, se méfier si la personne déclinait toute soif ou faim. J’ouvrai donc les placards, cherchant le thé, les sucres, les gâteaux et la vaisselle pour servir le tout.

Elle me demanda si je connaissais un magasin. Je lui indiquai donc les différents endroits où l’on
pouvait trouver de quoi manger en apportant les boissons brulantes sur la table lorsque je vis qu’elle m’avait suivi jusqu’à la cuisine. Je n’aimais pas cette liberté qu’elle prenait de se déplacer ainsi dans la maison, mais appréciais le fait qu’elle reste à l’encadrement de la porte, une sorte de respect dans sa façon d’être.



*Après tout, les Quilleutes sont connus pour leur familiarité, elle a peut-être l’habitude de se sentir comme chez elle dès qu’elle pénètre dans une maison qui pourrait être la sienne. Il faut que j’arrête de me méfier comme ça.*


-Tiens, j’ai pris la liberté de mettre des petits gâteaux, si tu as faim, ne te gêne pas. Ça te
tiendra au moins jusqu’à ce que tu ailles faire tes courses. Et tu vas habiter où, si ta famille n’habite plus là ? Et comment les retrouver si tu ne connais pas leur nom. Tu es drôle. Enfin, si tu veux, mes… Parents sont en vacances pour deux semaines. Je te propose de rester là le temps de trouver quelqu’un qui pourra t’aider.


J’attrapai un gâteau et le portai à la bouche lorsque le goût de mon sang me rappela que je devais
retourner dans la forêt pour tenter de retrouver cette Enya.


-Au fait, je m’appelle Alicia.

J’avançai en tendant la main, histoire de voir si elle était aussi froide que l’était la musicienne
que je souhaitais revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Sam 10 Jan - 22:50

Je fixais sa main et la serrait finalement en souriant. Sa paume, dans la mienne, était plutôt fraîche, mais cela ne me dérangeait pas autant que le contact des vampires. J'avais aussi attendue qu'elle commence à manger un gâteau pour en avaler un (soit par un élan de politesse, soit de gêne face à mon appétit incessant). Je décidais aussi de lui dévoiler mon prénom, sachant qu'elle s'était présentée.
- Je m'appelle Nell. Et euh, je ne voudrais pas te déranger en dormant ici... J'ai de la famille vers le Parc d'Olympic. C'est de là d'où je viens, d'ailleurs.
J'avalais quelques gâteaux et ne pu m'empêcher de sourire à chaque nouvelle bouchée. J'essayais de maîtriser mon appétit mais j'avais bien du mal... Je trouvais soudain que la pièce puait le sang. Du moins, la fille qu'elle contenait. Je continuais de renifler et remarquais qu'elle puait aussi le vampire. Elle léchait aussi régulièrement sa lèvre et je ne pu m'empêcher de lui poser la question qui me brûlait les lèvres.
- Quelqu'un vous a fait mal aux lèvres? Vous saignez... Dis-je innocemment en buvant mon thé sans faire attention au fait qu'il était brûlant.
Bien que mon regard semblait distrait, tantôt par la pendule, tantôt par mon thé ou par le sien, j'étais extrêmement concentrée sur les paroles qui répondraient à ma question. Avait-elle des liens avec les vampires? S'était-elle faites attaquer par un vampire? Le poison se répendrait-il dans quelques instants? Je serrais les dents et reposais avec délicatesse ma tasse vide sur la table avant de lui sourire doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Bellanger

avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 35
Âge rpg : 17
Métier : Lycéenne
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Dim 11 Jan - 0:22

Elle venait du PARC ? Je préférais ne pas poser plus de question. Je l’observais manger.

-Ok, comme tu veux, tu as un sacré appétit, constatai-je en prenant un second gâteau.

Ma belle-mère m’avait toujours dit qu’une personne au grand appétit ne pouvait être que quelqu’un de bon. Quand soudain, Nell me demanda ce que j’avais eu à la lèvre. J’hésitai.

*Tu ne peux décemment pas lui dire qu’une inconnue t’as ouvert la lèvre alors que tu t’étais arraché un petit bout de peau gercée. Il faut que tu trouves un truc crédible à dire…*

-Je… J’ai les lèvres gercées, et j’ai mangé du poisson avec du citron. C’était tellement acide que ça m’a brûlé,j’ai voulu mordiller pour apaiser… C’est raté.

Je passais pour une cruche, mais je me savais capable d’une telle idiotie.

-Tu comptes rester longtemps dans les parages ? je peux te faire visiter la réserve si tu veux?

Je regardai mon invitée qui m’inspirait autant confiance qu’une étrange inquiétude. J’avais comme l’impression qu’elle cherchait bien plus qu’elle ne le prétendait. Je me levai afin de ramener ma
tasse à la cuisine.


-Tu veux un autre thé ? J’en ai beaucoup trop fait et j’ai toujours appris à ne pas gaspiller.

Malgré moi, chaque fois que j’apercevais quelqu’un passer près de la maison, je tendais le cou afin de voir s’il ne s’agissait pas d’Enya. Un sentiment de tristesse grandissait en moi malgré ma crainte. J’aurais aimé la revoir, j’espère bientôt pouvoir retourner dans ces bois afin d’entendre
de nouveau sa douce voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Lun 12 Jan - 21:00

Toute la scène me sembla plutôt rapide. Elle enchaîna vite et avec habilité sur un autre sujet, esquivant passablement le fait qu'elle puait le maudit sang-froid. Mais bon, je n'étais ni là pour m'énerver contre eux, ni là pour chercher des noises à qui que ce soit. J'oubliais donc la question et acceptais une nouvelle tasse en thé. Lorsqu'elle m'en eut servie une, il ne me fallut qu'une demi-minute pour le boire.
Pour répondre à sa question pour savoir si je voulais faire un tour dans la réserve avec elle, j'eu quelques secondes de réflexions avant d'accepter. J'avais juste été perturbée par une autre question qui était venue s'immicer dans mon esprit : Pourquoi une humaine de la réserve Quilleute sentait le vampire? N'étaient-ils pas censés ne pas approcher leurs frontières? Un légère plainte sortit de ma poitrine, similaire à celle d'un chien, mais je fis une moue pour l'expliquer. Je me tournais alors vers Alicia, souriante.
- Où veux-tu m'emmener? Je te fais confiance, je suis là en touriste!
Je souris et soudain, je vis mon visage dans un miroir. Je détestais les miroirs. J'avais toujours eu dans la crainte stupide qu'ils finiraient par me voler mon âme. Je déglutis légèrement et me décalais d'un pas furtif pour sortir de son cadre. Mon stress s'était désormais entremêlé à un léger mal de tête et mes dents se serrèrent à chaque douleur trop intense. J'ouvris la porte sans attendre et sortis en respirant à plein poumons. Je n'étais pas habituée à rester enfermer; au Parc nous avions l'habitude de dormir tous ensemble, transformés en loup, sur un tapis de feuilles mortes, de neige ou d'herbe. Tout dépendait des saisons.
Lorsque mon mal de tête fut passé, je m'étais soudain retournée, légèrement distraite, pour voir si Alicia me suivait. Bien qu'il semblait faire très froid à cause du vent, mon corps dégageait une chaleur fiévreuse. Je fus à peine sortit que je vis devant moi un golden retriver au poil plutôt long et blond. Il semblait sourire et, aimante des animaux - mais surtout des canidés -, je ne pu m'empêcher de caresser avec affection son poil soyeux et de me mettre à lui parler.
- Tu as perdu tes maîtres, c'est ça? Ou tu es partis pour t'amuser? Ah... Je vais te rammener mon grand!
J'entendis les pas d'Alicia, cent fois mieux couverture que moi, sur le parquet grinçant et me penchais légèrement pour lui montrer le chien.
- Il appartient au couple, non? Demandais-je à tout hasard, ayant entendu ceux-ci crier le nom de leur chien à plusieurs reprises.
- Tu es Sketch, c'est ça? Demandais-je au chien en frottant son poil tandis qu'il s'agitait. Je souris et me redressais en demandant au chien de nous suivre, celui-ci nous obéis, d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Bellanger

avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 35
Âge rpg : 17
Métier : Lycéenne
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Mer 14 Jan - 18:13

[désolée pour l'attente, mais je n'avais aucun inspi et mon fils est malade...]


Je regardais Nell parler au chien et eus la subite impression qu’ils se comprenaient.

*N’importe quoi, arrête de lire des histoires débiles, tu deviens folle ma pauvre fille*.

-Oui, c’est Sketch, le chien des voisins. Comment sais-tu …? Je laissai ma phrase en suspend, préférant ne pas chercher à savoir ce qui ne m’apporterait rien de bon, j’en étais persuadée.


*Et si c’était… une de ces personnes qui parlent aux animaux ?... Non, arrête tes bêtises !*

Nous nous dirigeâmes alors vers la maison des voisins pour leur rapporter leur chien. Ils nous invitèrent à entrer, cependant que le vieux Jack me regardait d’une manière bien étrange. Je
cru même le voir renifler un instant, comme s’il « flairait » une odeur qui lui déplaisait. Oui, à cet instant, il eut le même geste de dégoût qu’avait eu Nell un peu avant.


Je reniflai alors mes cheveux, ne sentant que mon shampoing et mon gel douche à la papaye. Me sentant mal à l’aise, je m’excusai, prétextant des devoirs à faire, et laissai Nell décider si elle
voulait rester ou non chez mes voisins. Je retournai donc chez moi, espérant enfin retrouver mes esprits. Une fille étrange m’avait mordue la lèvre, une autre pénétrait chez moi et semblait parler aux chiens, mon voisin m’avait reniflée… j’avais hâte de me remettre à mon piano afin de me remettre de cette journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chez Alicia.   Dim 18 Jan - 22:15

(Désolée du temps de réponse et de la longueur du texte >_<')

Nous avions rammené le chien à son maître et je reconnus enfin un ami Quileute. Lui aussi avait reniflé l'odeur déplaisante d'Alicia et je ne pu m'empêcher de lui sourire, lui sembla plutôt étonné : il ne me connaissait pas et je sentais le loup. Je m'avançais donc vers lui et me mis à discuter avec ce dernier. Je lui parlais de la meute, du décès de mon oncle, du fais que nous essayions de choisir un nouvel Alpha tout aussi sage que le défunt mais que personne ne souhaitait réellement l'être pour le moment.


La discution fila et dura une bonne heure, je décidais de passer chez Alicia pour la saluer une dernière fois. Je sortis de la maisonet et toqua chez elle. Elle m'ouvrit au bout de quelques secondes et je lui répondis par un petit sourire.




- J'ai finalement trouvé un peu de famille. Dis-je en souriant délicatement. Et je connaissais le nom du chien grâce au collier.




Je fis un clin d'oeil à la jeune fille et m'écarta en la saluant doucement de la main. Il ne me fallut que quelques minutes pour grimper dans ma voiture et quitter La Push, consciente que ma dizaine de loups affamés ne se nourriraient pas seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chez Alicia.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chez Alicia.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]
» Choix de l\'épée, notamment chez les Dúnedain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contemplation :: || La Push || :: La Réserve. :: Résidences.-
Sauter vers: