Contemplation

Absorbée par la contemplation de leur traits si parfaits, elle ne s'était pas rendue compte de ce qu'ils étaient, réellement...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrivée de Camille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille Valois

avatar

Féminin Nombre de messages : 83
Âge rpg : 18 ans ~ 716 ans
Métier : lycéenne
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Arrivée de Camille   Mar 13 Jan - 21:12

[musique d'ambiance : http://www.deezer.com/track/459]

Camille arrive les mains sur le volant. Elle conduisait une belle Audi A4 décapotable gris métallisé. Les cheveux au vent, les lunettes de soleil, elle arrivait sur le parking du lycée. Tout en attirant l’attention sur elle, elle se gara entre deux voitures, certainement des voitures de lycéens. Elle prit soin de refermé la capote avant de se rendre complètement visible aux yeux de tous. Un petit groupe, non loin de l’une des voitures observait la jeune femme qui descendait de son véhicule, une jambe à l’extérieur, puis une autre, elle se tint debout devant le groupe. Elle était habillée d’une veste noire, avec un pull en v bleu, une écharpe noire, un jean avec des talons fermés noirs… Elle retira ses lunettes avec sa main gauche, prenant la branche du même côté, qu’elle garda devant elle. Camille porta son regard sur le lycée, puis sur les étudiants qui allaient et venaient… Un sourire en coin se dessina sur ses lèvres pulpeuses.

* Je vais me plaire ici… Amusons nous ! *

Elle se retourna en direction de la voiture pour y prendre son sac de cours, qui ressemblait plus à un sac à main qu’autre chose. Il y avait juste le nécessaire, de quoi noter, une trousse, un kit de maquillage, son porte feuille et ses clefs. Elle retira les clefs, ferma la porte et tout en avançant en direction de l’établissement, elle passa sa main droite au dessus de son épaule droite, pour y actionner le magnétisme qui permettait de fermer à clef sa voiture…

Sa démarche était tel que certain pouvait la juger de classe ou superficielle. Peu importe, Camille avait trouvé un joli coin pour s’installer, et pour un bon moment !

Elle grimpa les escaliers qui menaient à l’entrée, et tous la regardaient, en se demandant si c’était une élève ou un professeur… dans tous les cas, ses cheveux bouclés suivant le mouvement de son corps, sa peau blanche et les traits fins de son visage lui donnait l’air d’un ange, ou d’une fille descendue tout droit d’un film. Elle ne se lassait jamais de ce spectacle, chaque fois qu’elle entrait dans une nouvelle ville, les réactions étaient toutes les mêmes. Elle s’amusait à les ignorer tout en écoutant leurs pensées… qu’elle privilège de pouvoir entendre de si gracieux discours de la part des garçons, même si les pensées des filles étaient tout autres ! Camille entendait ce qui ressemblait à de la jalousie, de l’envi mais aussi de la curiosité et de l’admiration…

_________________

~ Tel une reine dans la nuit
Mon charme te séduit
Ma beauté envoûtante
Fais de toi ma servante ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Mer 14 Jan - 21:24

Parmi les étudiants du lycée de Forks se trouvait un redoutable prédateur qui examinait chacune de ses futures victimes. Sous ses lentilles de couleur vertes se cachaient en réalité des yeux rouges. Rouge comme le sang. Chaque fois qu’une personne passait et qu’il la trouvait convenable, il passait sa langue sur ses lèvres marquant ainsi son envie profonde d’enfoncer ses crocs acérés dans le cou de cette personne. Parfois, quelques personnes se retournaient, surtout des filles, et l’insultaient de « pervers » ou autre et à chaque fois, un léger rictus se dessina sur ses lèvres roses.

Cela l’amusait, au fond, de retourner au lycée. En vérité, il n’y était pas allé, ou du moins, à son époque, les enfants travaillaient au lieu d’étudier. Il trouva le Monde bien bruyant, bien différent du siècle qui l’avait vu naitre. Les gens fourmillaient, se bousculaient, couraient pour être à l’heure au travail, à l’école, pour aller faire les courses ou tout simplement sortir s’amuser. Même si de nos jours, la guerre est une notion dépassée, la vie reste tout de même assez difficile et bien étrange. Le système avait changé, évolué, ce qui l’amena tout de même à soupirer, à être nostalgique des moments passés. Habillé de sa longue veste noire, qui lui descendait jusqu’aux mollets, de rangers où son pantalon noir était rentré dedans et d’un sweet grisâtre, légèrement délavé, avec une capuche, il passait assez inaperçu. C’est vrai, la plupart des étudiants adoptent souvent cette « tendance » vestimentaire. Bien qu’il était tout de même grand, oui, on pouvait dire que, de part son attitude, il passait inaperçu. L’endroit rêvé pour se nourrir.

Alan passa une main dans ses cheveux noirs, coiffé en bataille, avant de sortir de sa poche un paquet de cigarettes. Il en sortit une et la porta à ses lèvres. Il chercha durant un instant son briquet qui se trouvait dans l’autre poche et alluma sa cigarette. Il tira sur celle-ci avant de laisser s’échapper cette fumée d’une couleur entre le blanc et le gris. Même s’il ne ressentait pas tellement le goût de la cigarette, son « bienfait », elle restait tout de même indispensable pour lui. Savoir que la nicotine pouvait se propager dans ses veines dépourvues de vie, il en jouissait.

Avant même d’avoir pu terminer sa cigarette qui lui provoquait une certaine effervescence, il remarqua une voiture plutôt classe pour certains lycéens, se garer sur le parking. Il fronça les sourcils. Une jambe, puis deux sortirent de la voiture, avec une certaine prestance qui, s’il avait pu, l’aurait fait frissonner. La jeune femme marchait vers le lycée. En la voyant de face, il n’aurait pas pu dire son âge, malgré une extrême beauté, digne des rois ancestraux. Il pencha la tête sur le côté et eut un léger spasme qui le poussa à se rapprocher d’un pas. La peau blanche de la jeune femme contrastée avec la couleur ébène de ses cheveux. A chaque pas de la jeune femme, ses cheveux virevoltés, laissant entrevoir la peau de son cou. Alan déglutit. Ce serait elle, sa première victime. Sans se laisser voir par la jeune femme, il s’approcha d’elle et la regarda monter les escaliers. Il passa derrière elle et ferma les yeux : il se laissa imprégner par le parfum de cette femme. Avec brutalité, il rouvrit les yeux. Elle avait un parfum qu’il connaissait, qu’il aurait pu reconnaitre entre tous. Un parfum léger mais approprié à une… Une race. Oui, c’était le mot. Une race. Celle des vampires. Après des années de recherches acharnées à trouver l’un de ses semblables, il en trouva une enfin. L’approche serait certainement plus difficile. Il trembla, sa tête le fit souffrir. Il plaqua une main sur son visage. Ce n’était pas du tout le moment de faire ressurgir Alec. Il fouilla dans l’une de ses poches et en sortit une petite boîte. Il ouvrit le couvercle et avala au moins une dizaine de médicaments. Parler à cette femme était le seul et l’unique moyen d’en savoir plus sur tout ça. Sur ce qu’il était devenu.


Dernière édition par Alan Linard le Mer 14 Jan - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Valois

avatar

Féminin Nombre de messages : 83
Âge rpg : 18 ans ~ 716 ans
Métier : lycéenne
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Mer 14 Jan - 21:57

Un léger sourire sournois se dessiné sur le visage de Camille. Tel une vicieuse, elle écoutait les pensées des autres. Elle s’en amusait, mais parmi ses pensées l’un d’elle devenait flou, et étrange. Elle continuait à marcher tout en montant les escaliers, mais ce sourire qui la rendait encore plus joli, s’estompa en laissant percevoir une inquiétude sur le visage du vampire. Qu’elle transforma vite en indifférence, même si au fond d’elle c’était tout autre chose. Camille était très forte au jeu du bluff. Néanmoins, cette pensée bizarre s’accompagna d’une odeur commune, une odeur qu’elle connaissait très bien, l’odeur d’un autre vampire. Elle qui espérait n’en croiser aucun. Si elle avait choisi cette ville c’était tout autant pour son climat que pour sa taille. Elle savait par expérience que les vampires étaient attirés par les grandes villes, pour la nourriture abondante….

Camille traversait le couloir toujours en usant de sa démarche noble et du mouvement naturel de ses cheveux. On entendait le claquement de ses talons sur le carrelage du bâtiment. Plongée dans ses pensées, elle ne se préoccupa plus des réactions des étudiants qui continuaient de la scruter. Mais elle vint à la conclusion, qu’elle ne devait pas se préoccuper de ce vampire. Si une rencontre devait avoir lieu, alors elle l’affronterait. Alors, elle retourna à son jeu favori du premier jour.

Passant sa main dans ses cheveux pour les replaçaient derrière ses épaules, elle accosta un garçon. Tout en le regardant droit dans les yeux accompagnée d’un sourire ravageur.

Excuse-moi… Tu sais où se trouve le bureau du principale ?

Le jeune homme mit deux secondes pour réfléchir et deux autres pour répondre, ce qui fit amusa Camille, qui s’attendait à cette réaction. Si elle aimait être vampire, ce n’était que pour ça. Ce seul privilège qu’elle pouvait avoir, une beauté hors du commun. Le jeune garçon fini par répondre, il lui indiqua un chemin, qu’elle suivit après l’avoir remercié.

_________________

~ Tel une reine dans la nuit
Mon charme te séduit
Ma beauté envoûtante
Fais de toi ma servante ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Mer 14 Jan - 23:56

D’une démarche lente mais déterminée, Alan s’immisça dans l’enceinte du lycée, en gardant une certaine vue sur les pas de la jeune vampire devant lui. Il ne savait pas encore si la jeune femme l’avait remarqué mais, c’était une chose très plausible. Pressé, il avait dû laisser tomber le mégot de sa cigarette, sans l’avoir même finie. Il continuait de suivre la jeune femme, les mains dans les poches. Ses cheveux continuaient de virevolter au grès de ses pas et son déhanchement, digne des plus grands mannequins internationaux. Même si, maintenant, il savait que ce n’était pas une humaine, il aurait tout de même voulu s’amuser avec elle, profiter de ses formes et de ses expériences vécues. Chaque pas le rapprochant de la jeune femme lui donnait de plus en plus de tremblements. Son sourire s’amplifia, ce qui fit un peu peur à quelques élèves qui croisèrent son regard. Certains s’écartaient, d’autres le jaugeaient du regard, sans savoir qu’ils avaient affaire à un véritable tueur sanguinaire.

Après moins d’une minute de marche, il se trouva à un, voir même deux mètres de la jeune femme. Elle venait de demander où se trouvait le bureau du principal. Après que cet humain imbécile le lui indiqua, elle se remit en marche en faisant une rotation, ce qui fit à nouveau voler ses longs cheveux ondulés et châtains. Il fallait qu’elle monte les escaliers puis qu’elle tourne tout de suite à sa droite et là, elle trouverait le bureau du directeur. La jeune femme poussa la porte des escaliers et la referma lentement, sans la faire claquer. Il s’introduisit à son tour dans les escaliers. C’était le moment, le moment de la bloquer et de la questionner. Mais c’était une vampire, et elle devait automatiquement avoir des bases de combat ou même de défense. Il fallait y aller en douceur. Mais ça, ce serait dur…

Elle en haut des marches, lui en bas, il ne restait plus que « le défi » à distance. Un défi verbal. Toujours les mains dans les poches, basculant légèrement la tête en arrière, affichant ce sourire méprisant, il lâcha :


« - Alors… On ne salue pas ses… « camarades » ? Je suis vexé… ».

Alan fit la moue, comme un enfant. Il espérait fortement qu’elle se retournerait, qu’elle lui adresserait un regard. Il voulait voir aussi la couleur de ses yeux. D’une couleur plutôt sang ou plutôt or ? Se nourrissait-elle d’animaux ou d’humains ? A moins qu’elle ne porte des lentilles, comme lui. Il en frémissait d’avance. Dans son manteau noir, il tremblotait à l’idée d’en savoir plus sur elle et sur les vampires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Valois

avatar

Féminin Nombre de messages : 83
Âge rpg : 18 ans ~ 716 ans
Métier : lycéenne
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Jeu 15 Jan - 10:36

Camille suivait le chemin que lui avait indiquait le jeune homme. Elle poussa les portes devant elle et grimpa les escaliers toujours avec élégance. Mais cette odeur continuait à la suivre. Elle avait espéré qu’il passerait son chemin sans demander son reste, sans aller à sa rencontre. C’est alors qu’elle se retrouva en haut des marches, seule, sans aucune présence humaine. Et cette odeur devenait de plus en plus clair, très distinguable. Sans compter que ces pensées étranges accompagné l’odeur de ce vampire… Sans aucun doute, cette chose qui suivait Camille n’était pas nette du tout.

C’est alors, au moment où elle allait monter sur la dernière marche pour s’évanouir dans la foule du première étage, ce qu’elle redoutait le plus ce produisit. Il osa venir l’interrompre. Elle ne cherchait pas la confrontation. Non pas qu’elle ne puisse pas se défendre, mais juste qu’elle ne voulait pas se faire remarquer en tant que vampire. D’autant plus, à en juger le personnage, mieux ne valait-il pas le provoquer. Alors, instinctivement, elle s’arrêta, ferma les yeux et un sourire fermé tendu se forma sur son visage. Elle se retourna d’un coup, ses cheveux suivaient son mouvement pour se replacer naturellement. Ses yeux de couleur or bien ouvert et le sourire forcé mais hypocrite, elle lui répondit d’un ton sec mais avec une voix envoutante.

- Salut...

Elle le voyait là devant elle, en bas des escaliers. Un homme assez grand et svelte, avec un visage aux traits fins, une peau légèrement nacré, des yeux d’un vert plutôt ravissant et des cheveux en bataille… Il ne ressemblait en rien aux vampires qu’elle avait jadis connus, tous qui essayaient de copier au fil des temps l’aristocratie et se fondre dans la haute société. Non lui, malgré sa beauté divine, il ne ressemblait en rien à un vampire, sans compter son accoutrement. Une longue veste noire qui lui descendait au mollet, lui donnait plus l’air d’un rebelle qu’autre chose… Alors le sourire hypocrite de Camille se transforma en sourire moqueur.

- Ecoute, je ne sais pas ce que tu veux. Mais un conseil fais ton chemin et ne croise pas ma route ! Ah et… et es ?!

_________________

~ Tel une reine dans la nuit
Mon charme te séduit
Ma beauté envoûtante
Fais de toi ma servante ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Ven 16 Jan - 21:41

Ce qu’il l’avait espéré c’était produit : la jeune femme s’était retournée, lui avait prêté attention. Il cru défaillir. Pourquoi n’était-elle pas une humaine ? Pourquoi ne pourrait-il pas jouer avec son corps voluptueux et planter ses crocs dans son cou si fragile ? Il déglutit. La voix cristalline de la jeune vampire lui paraissait être un écho. Il ne l’entendait presque pas, si c’est pour ne pas dire qu’il ne l’avait même pas écouté. Tout ce qu’il voyait, c’était les lèvres rouges de la jeune femme bouger.

Avec hésitation, il posa son pied droit sur la première marche, puis le second. Il haussa un sourcil. Ne pas croiser sa route, qu’elle disait ? Si seulement elle savait à qui elle avait à faire. Il baissa la tête, sans baisser son regard et c’est alors que se redessina sur ses lèvres ce sourire si perturbant, si machiavélique. Il serra le poing et les pupilles de ses yeux se dilatèrent. A peine eut-il posé à nouveau son pied droit, sur la seconde marche, qu’aussitôt le pied gauche le suivit, et, en une fraction de seconde, il se retrouva en haut des marches près de la jeune femme et l’attrapa par le cou. Comme une vulgaire plume, il la souleva et la plaqua violemment contre le mur. Il lui souriait toujours, si on aurait pu parler d’un sourire. Elle n’avait pas trop l’air de se débattre, peut-être était-ce plutôt parce que cette position ne la convenait pas ou tout simplement parce que tout cela l’exaspérait.

Le pouvoir d’Alan ne consistait pas, comme la plupart des vampires, à lire dans les pensées. Son pouvoir était tout autre, plus éphémère ou moins travaillé, mais beaucoup moins pratique. Seul son « odorat de vampire » lui était plutôt utile. Il savait à qui il aurait à faire ; humains, vampires ou lycans.

Ils se fixèrent tout deux durant quelques minutes puis, après avoir bien songé à sa question, il lui chuchota :


« - Sais-tu depuis combien de temps je cherche quelqu’un comme toi, comme nous ? ».

Un léger rire spasmodique lui fit baisser les yeux, la tête. Soudainement, il la lâcha et lui remit convenablement ses vêtements. La jeune femme semblait surprise, du moins, c’est ce que pensa Alan. Il mit ses mains dans ses poches et lui sourit sincèrement. D’un ton amical, il lui dit :

« - Au fait, je m’appelle Alan. T’es vampire depuis quand ? ».

Cela doit être assez bizarre comme expérience : voir quelqu’un changer d’attitude, comme cela, sans trop savoir pourquoi ni comment. A ce stade, même lui ne savait pas pourquoi il changeait autant.

Les yeux dans le vague, même après avoir avalé plus de cachets recommandés, il sentit son esprit partir. La vue de trop de nourriture lui donnait la nausée. Il n’avait pas mangé depuis deux jours. En voyant tout ces lycées frais, il y avait de quoi perdre patience. Il essaya d’esquisser un sourire pour cacher son malaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Valois

avatar

Féminin Nombre de messages : 83
Âge rpg : 18 ans ~ 716 ans
Métier : lycéenne
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Ven 16 Jan - 23:46

Camille observait ce drôle de personnage, qui ne semblait pas lui répondre. Elle n’arrivait pas vraiment à lire dans sa tête. Ses pensées semblaient changé, ou quelque chose brouillé le don du vampire. Elle ne savait pas comment réagir fasse à ça, elle n’avait jamais eut ce problème auparavant… Son visage se raidit à la vue de cet homme. Ce n’est pas qu’elle avait peur, mais juste qu’elle appréhendait sa réaction. Le sourcil gauche levé, elle l’observait alors qu’il posait lentement un pied sur une marche puis un autre, il renouvela les gestes sur la marche suivante et il ne suffit que d’une seconde pour qu’il se retrouvât devant la jeune femme. Elle n’avait jamais vu une telle vitesse, certes les vampires étaient rapides, mais elle arrivait toujours à suivre leur mouvement. Mais celui-ci l’était particulièrement.

Elle sentit alors sa main sur son coup, et il utilisa cette force si légendaire pour la soulever et la plaquer contre le mur. Camille sentit le mouvement dans le dos, et elle ne pu s’empêcher de plisser ses yeux quelques secondes comme pour évacuer la douleur sans utiliser la voix. Vexée de ne pas avoir pu faire quoi que ce soit, ne le quitta pas des yeux son regard. En effet, depuis un siècle environ, elle ne se nourrissait que de sang d’animaux qu’elle commandait chez des bouchers. En renonçant au sang humain, elle renonça en même temps à une partie de ses facultés vampires, qu’elle avait développé en tant que tel, soit sa vitesse mais aussi sa force. Le sang d’animaux était peut être suffisant pour retrouver ses forces, mais pas toutes.

Il s’approcha d’elle comme pour lui chuchoter quelque chose. Camille sentait son souffle sur ses oreilles, son souffle si désagréable et pourtant… se souffle la rendait nostalgique. Il lui chuchota qu’il cherchait quelqu’un comme elle, comme eux. Elle fut d’autant surprise de cette question. Même si les vampires étaient cachés, ils n’étaient pas une espèce en voie d’extinction et il était facile pour un vampire d’en trouver un autre. S’il tenait tant à voir un vampire, il suffisait pour lui d’habiter New York ou Chicago…

Alors que Camille était encore à se demander pourquoi recherchait-il d’autre vampire, il la reposa. Il lui replaça ses habits, alors d’un coup de mains, elle le poussa. Et d’un ton autoritaire mais calme, elle lui dit.

- Ne me touche plus ! Et elle arrangea elle-même ses vêtements, ainsi que ses cheveux qui avaient été décoiffé par le violent mouvement.

C’est alors qu’il changea d’attitude, il lui sourit et se présenta d’un ton amical. Camille pensa alors qu’il devait être un très jeune vampire qui ne savait pas encore contrôler ses pulsions meurtrières, ou alors qu’il devait être fou… ou peut être les deux !

Il se présenta sous le nom d’Alan, et continua par une autre question. Une question qui étonna encore plus le vampire. Depuis quand était-elle vampire…Depuis très longtemps, trop longtemps pensa-t-elle. Alors d’une voie sur, mais basse, elle lui répondit.

- Depuis le 8ème siècle… Pourquoi?!

C’est alors qu’elle sentit un humain arriver. Elle prit Alan par la manche l’entrainant de l’autre côté du couloir afin de ne pas attirer l’attention sur elle. Toujours en tenant sa manche, elle le força doucement à marcher au même rythme qu’elle. Ses talons se faisait entendre dans tout le couloir désert.

- Il y a plusieurs choses qu’il faut qu’on mette au clair, Alan. D’une, tu évite de dire vampire ou autres mots excentriques de ce genre dans un lieu public. Ensuite, tu évite de te faire remarquer. Et pour finir tu m’évite… et…

Elle s’arrêta, lâchant la manche de l’autre vampire et en insistant du regard, elle termina sur.

- De quoi te nourris-tu ?!

Il était clair qu’avec cette force et cette vitesse, il ne pouvait se nourrir que d’humain, mais elle voulait en avoir le cœur net…

_________________

~ Tel une reine dans la nuit
Mon charme te séduit
Ma beauté envoûtante
Fais de toi ma servante ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Dim 18 Jan - 3:31

L’un en face de l’autre, l’ambiance était assez tendue. Quoi de plus normal : Alan l’avait agressée alors qu’elle ne lui avait rien fait, peut-être avait-elle était un peu hautaine, mais tout de même, cela ne justifiait pas une telle attitude de la part d’Alan. Il soupira, portant une main à son visage. Soudain, il entendit une voix à peine perceptible même si cette voix semblée déterminée à parler, à vider son sac, à laisser s’échapper un lourd fardeau. C’est ce que pensé Alan, du moins. Elle lui dit qu’elle était du 8ème siècle. Ca donnait du sept cent et quelques non ? Alan écarquilla les yeux. Il était surprit. Même très surprit. Il n’en revenait pas. Elle avait survécu à travers les siècles, à travers les guerres, à travers les famines, à travers les intempéries. Elle avait survécu. A ce moment même, il eut envie de tirer sa révérence, mais il ne le fit pas. Trop fière ? Quoi que…

Au moment où il commençait à éprouver un certain respect vis-à-vis de cette charmante jeune femme, elle le tira par la manche vers le couloir et essaya de passer inaperçue. Alan, affichant un regard interrogateur, se laissa entrainer par la « jeune » vampire qui semblait être énervée malgré un certain degré de self-control. Apparemment, elle n’aimait pas que l’on emploit le mot « vampire ». C’est dommage, Alan l’aimait bien, lui. Ca donnait un aspect assez vertueux, respectueux, talentueux… Tout un tas d’adjectifs qui font que l’on est spécial. Pour lui, toute sa vie n’avait été que banalité ou fatalité : une famille rustique, minière, faisant travailler leurs enfants pour survivre, la perte d’un frère aimé, la guerre et enfin, une renaissance bien méritée. Pour lui, être un vampire, c’était une façon de se démarquer de la société, quelle qu’elle soit, mais aussi d’avoir droit à une seconde chance, une seconde vie.

Le jeune homme secoua la tête, essayant d’occulter une part de son passé révolu. Les paroles de la jeune femme continuèrent à fuser dans ses oreilles. Qu’il ne la croise plus ? Plus jamais ? Et bien, après tout, si elle ne voulait plus le voir, il se détacherait d’elle et irait voir ailleurs si un autre vampire voudrait bien de sa compagnie pour chasser. Très bien, il continuerait à travailler, manger seul. Il commença à partir sauf qu’en une fraction de seconde, elle le retint et lui demanda quelque chose qui le fit sourire. Il regagna se sourire confiant, pertinent, agaçant. Avec l’index droit, il se gratta l’arcade avant de remettre ses mains dans ses poches. D’un geste candide, il se dégagea de la jeune femme et se mit dos à elle. Même sans le voir, il était sûr qu’elle sentirait son sourire perfide. Il lui dit d’un ton sarcastique :


« - Et bien… Je crois que tu le sais déjà. Je n’ai pas la même odeur que toi… ».

Alan ne répondit pas au "Pourquoi" de la jeune femme. Il trouva ça indiscret de sa part. Il souria intérieurement. Lui aussi était curieux. Peut-être une vertue typiquement vampirienne. Alors, le vampire baissa la tête et porta une main à son visage. Lentement, il retira les lentilles de contact de couleur vertes et tourna légèrement le visage vers la jeune femme pour lui montrer ne serait-ce qu’un pointe de couleur rouge dans ses yeux. Il retourna la tête et rajusta ses lentilles. Il garda longuement les yeux fermés, comme pour faire le vide puis il se retourna vers la jeune femme. Il s’approcha doucement vers elle et bientôt, se retrouva nez à nez avec elle. Il hocha la tête sur le côté, retrouvant un sérieux presque stressant, et lui dit passant sa langue sur sa lèvre inférieure :

« - Je suis un vampire, jeune demoiselle. Si on m’offre un plateau d’or, pourquoi me contenter de celui d’argent ? Ici, c’est l’endroit approprié pour faire mon déjeuner. J’ai faim. Cela fait trop longtemps que j’ai jeuné pour mieux manger. Mais maintenant, la question est la suivante : vas-tu m’en empêcher ? ».

D’un pas, il se recula et pivota sur lui-même, étant à nouveau dos à la jeune femme. Il passa une main dans ses cheveux et entortilla un instant son index dedans une ou deux mèches. Affichant toujours ce sourire diabolique, il songeait. Il songeait à ce que la jeune femme ferait si elle intervenait lors d’un de ses… Trépidants dîners. Un rire cynique s’échappa de ses lèvres roses, ce qui le fit se cambrer en arrière. Une intervention de ce genre serait sûrement très distrayante.


Dernière édition par Alan Linard le Lun 19 Jan - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Valois

avatar

Féminin Nombre de messages : 83
Âge rpg : 18 ans ~ 716 ans
Métier : lycéenne
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Lun 19 Jan - 19:09

Après cette dernière question, Alan reprit son sourire, qui lui donnait un air sur de lui. Le genre de sourire que Camille avait vu bien des fois alors qu’elle était encore un vampire buveur de sang humain. Mais cet homme, ce vampire, avait quelque chose de spéciale, il n’était en rien comme ceux qu’elle avait connu auparavant, non lui, il était… incontestablement quelqu’un d’instable psychologiquement. Elle pourrait bien entendu se servir de lui au cas où la fraction l’aurait retrouvé seulement… comment manipuler quelqu’un dont on ne peut entendre les pensées, quelqu’un dont un geste est incohérent avec le suivant. Elle retira cette idée de la tête, elle ne pourrait rien en faire…

Il se dégagea et se mit dos à Camille. Elle n’aimait pas du tout être dos à dos avec lui. D’autant plus qu’elle pu avoir un aperçut de sa rapidité et de sa force. Bien qu’elle soit vampire depuis plusieurs siècle, elle ne pourrait rien contre, s’il décidait à un moment donné de l’attaquer une nouvelle fois.

Il répondit à sa dernière question d’une façon assez sarcastique… Elle se retourna alors, et sans le quitter des yeux, elle le vit passer sa main sur son visage sans pour autant savoir ce qu’il faisait. Il se retourna laissant apercevoir la seule chose qui pouvait permettre à Camille d’avoir une réponse claire et précise. Elle percevait une couleur rouge dans ses yeux… Le visage de la jeune vampire devint alors des plus sérieux. Alors il s’approcha doucement vers elle, se retrouvant nez à nez avec elle. Ses paroles étaient des plus normales pour un vampire. Et il avait tout à fait raison de réagir comme ça. Qui ne serait pas tenter de prendre le bras si on lui offrait la main. Néanmoins, Camille avait vécut et vu tellement de chose, qu’avec le temps, l’esprit s’était assagit, trouvant des questions à ses réponses…

Il se retourna, et encore une fois, tournant le dos à Camille, il devint un peu agité. Elle se devait de répondre à ça, au moins qu’il sache ce qu’elle en pensait…

- Je ne me nourris pas de sang humain, ça ne veut pas dire que je les défends… Mais sache qu’être un vampire ne fait pas de toi quelqu’un d’exceptionnel, mais seulement une anomalie dans ce monde. Et si dépendre de sang humain, comme l’est un humain de la drogue, est si génial pour toi… alors soit !

Camille s’avança vers Alan, se retrouvant au même niveau que lui.

- On se ressemble peut être en odeur, mais ce qui nous différencie, est la maitrise de soit…

_________________

~ Tel une reine dans la nuit
Mon charme te séduit
Ma beauté envoûtante
Fais de toi ma servante ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Ven 6 Fév - 17:46

La jeune femme s’avança vers Alan, se mettant face à lui et le toisa. Certes, ils se ressemblaient mais, dans le fond, ils n’étaient pas pareil. Ce qui les différenciait surtout était leur âge, leur maturité. La « jeune » vampire l’était depuis le 8ème siècle, depuis, elle avait eue le temps d’évoluer psychologiquement. Elle avait dû tout voir, tout endurer, et pour ceci, il lui était très respectueux. Elle ne semblait pas du tout de son avis. Il pencha la tête sur le côté et observa plus longuement la jeune femme. Ses yeux étincelaient, brûlaient encore plus qu’une torche. Elle semblait surtout furieuse. Ils avaient une vision du vampirisme si différente ! D’un côté, cela amusa fortement Alan. La jeune femme pensait que le sang, pour un vampire, était une drogue tout comme la drogue l’était elle-même pour un humain. Il frémit. Oui, un frisson lui parcouru la colonne vertébrale remontant jusqu’au dans la nuque, ce qui lui fit faire un petit pas en arrière.


A ce moment-là, Alan ressentit une envie subite de prendre un étudiant en otage, rien que pour voir l’attitude de la jeune femme. En parlant de cette jeune femme, il ne connaissait toujours pas son prénom. Il lui aurait donné quelque chose de bien aristocratique tel que Juliette, comme dans Shakespeare, elle avait bien l’allure d’une Capulet. Droite, belle, impossible à donner son âge exact, d’une allure digne des plus grands contes de fée. Dans sa tête, il énuméra nombreux adjectifs pour qualifier la beauté envoutante de la jeune demoiselle, mais c’était surtout ses yeux qui le frappèrent le plus : il avait la forte conviction que les yeux laissés transparaître tout ce que l’on avait vécu, et c’était d’autant plus vrai lorsqu’il croisait le regard de la jeune femme.

Soudain, le regard d’Alan changea, laissant accueillir sur son visage un air candide. Passer d’une brute épaisse, sociopathe et sadique à celle d’un enfant sans défense, sensible et fragile, qui aurait pu le croire. Pourtant, tout ceci était typique du jeune homme. Doucement, sa tête se baissa et très vite, son menton vint toucher son torse. Il se recroquevilla sur lui-même. Il passa ses bras autour de sa taille et se mordit la lèvre inférieure. Il eut voulu se blottir contre la jeune femme. Vu qu’elle était « plus vieille que lui », elle aurait pu être sa mère spirituelle, du moins, c’est ce qu’il pensa. D’un coup sec, il releva la tête et planta son regard dans celui de la jeune femme et lui dit d’un ton tout aussi frêle qu’il le paraissait à cet instant :

« - Tu es restée seule pendant tout ce temps ? Et si tu ne manges plus d’humain, comment as-tu fait ? Le sang n’est pas une drogue, c’est la chaîne alimentaire ! L’herbe est mangée par le mouton, le mouton est dévoré par l’Homme et l’Homme, qui se croyait au dessus de tout, au dessus de cette chaîne a enfin trouvé son prédateur. Et c’est nous, les vampires, qui assurons tout ceci ! Seuls quelques chanceux, quelques Humains ont eue la chance d’avoir été choisit pour faire partie de cette élite ! Nous avons été choisit et je ne pense pas que ce soit pour rien ! » .

Le jeune vampire baissa la tête en fermant violemment les yeux. Il commençait à s’énerver, et tout seul en plus. Ses mains tremblaient. La faim revenait. Ses médicaments ne faisaient plus effets. Il fit craquer bruyamment ses phalanges puis releva la tête et afficha un sourire machiavélique. Il lui cracha :


« - Puisque tu ne comprends rien à rien, je vais aller manger. Je pense que… Cet établissement est fait pour moi. Il ne me manque plus qu’à trouver le plat idéal. ».

Il pivota sur lui-même à quatre-vingt-dix degrés, faisant ainsi virevolter son long manteau noir et descendit lentement les escaliers. Il espérait que la jeune femme soit se mettrait en travers de son chemin et que s’ensuive un combat phénoménal, soit qu’elle prenne part à son délicieux et copieux repas. Il aurait vraiment envie et besoin d’une alliée.

Il tourna la porte de la poignée, ouvrit la porte, la traversa et la claqua derrière lui. Une fois derrière la porte, il ouvrit sa boîte de médicaments et en prit quelques uns. Il remarqua qu’elle était bientôt vide, il faudrait qu’il passe dans une pharmacie. Il soupira, sentant les extrémités de ses membres trembler.

*Il est temps qu’enfin, je puisse me rassasier…*




[ Voilà, désolé du retard =3, et désolé aussi pour les polices... Je sais pas pourquoi ça me fait ça à chaque fois que je copie/colle de word à ici ... ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Valois

avatar

Féminin Nombre de messages : 83
Âge rpg : 18 ans ~ 716 ans
Métier : lycéenne
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Lun 16 Fév - 20:37

[si tu veux la bonne police, sur word, règle là sur verdana 10]

Il était là devant elle à la toiser du regard. Elle ne savait pas ce qu’il pouvait bien penser, ni ce à quoi il songeait faire. Ce genre d’individu imprévisible rendait Camille folle. Elle qui avait pour habitude de contrôler et manipuler quiconque, ne pouvait là ni comprendre ses pensées obscure, ni même jouir de cette avantage pour exercer ce don qu’elle avait… Néanmoins, ce vampire intriguait la jeune femme. Alors qu’elle recherchait le détachement à ce qu’ils appelaient cette race, lui tout au contraire semblait vouloir se trouver une place parmi eux !

Le regard d’Alan changea, le vampire sanguinaire se transforma en quelqu’un ou quelque chose de naïf, comme s’il paraissait innocent. Elle eut presque pitié de lui. Il semblait là, beaucoup moins attirant que lorsqu’il avait sa tête de psychopathe, ou alors bien plus lorsqu’elle songea que cet air si candide cachait certainement quelqu’un d’aussi fourbe qu’elle.

Alors il baissa sa tête doucement et son menton vint toucher son torse. Elle l’observait se recroqueviller sur lui-même, passant ses bras autour de sa taille. Seuls les bruits des étudiants non loin du couloir bourdonnaient à l’oreille de Camille, qui ne lâchait pas des yeux Alan. Sur ses gardes, prêtes à riposter à tout geste déplacé de sa part. Puis d’un coup, il releva sa tête, plantant son regard insistant dans celui de la jeune femme. Il la questionna sur sa façon de survivre.

Le sang d’animaux, n’est pas aussi bon que le sang d’humain, je te l’accorde. Mais il suffit à me donner les besoins nécessaires.

Puis il théorisa sur ce qu’il appela la chaîne alimentaire. Non en réalité, il semblait tellement vouloir convaincre Camille qu’elle avait tord de renier ce qu’elle était. Alors elle contre argumenta…

Tu as tord… Ce n’est une chaîne alimentaire, mais un cycle. La terre nourrit l’herbe, l’herbe nourrit la biche, la biche nourrit l’homme et l’homme nourrit la terre… Le vampire n’est qu’une anomalie, une perturbation dans ce cycle !

Alan rebaissa la tête. Ses mains, toujours plaçaient au tour de son corps, commençaient à trembler. Camille sentait quelque chose venir, son esprit qui c’était calmé devint plus trouble et noir… Elle recula de deux pas, la pointe des talons se faisait entendre par un clac. Le craquement de ses phalanges donnait un air encore plus froid à l’ambiance qui régnait ici. Il releva sa tête une nouvelle fois, et là, son sourire devint encore une fois machiavélique, comme s’il se préparait à un mauvais coup, se réjouissait de se qui allait se préparer, ou bien une idée qui lui avait traversé l’esprit semblait bien lui plaire…

Il prit de nouveau la parole, accusant Camille de ne rien comprendre. Puis, il ajouta vouloir se nourrir d’un des élèves de ce lycée… Ce qu’il pouvait bien faire à ces jeunes n’apportaient peu à Camille enfin de compte. Ce dont elle craignait par-dessus tout c’était de ne plus résister à la tentation du sang… Le sentir n’était plus un problème pour elle, elle pouvait se contrôler parmi cette masse de personne.

Son regard se porta dans le vide… Elle imagine voir ce sang, ce liquide rouge coulant à flot, rien qu’une goutte de sang sur sa langue, où ses papilles frémissaient, sentant grandir en elle la frénésie et ne pouvant plus s’arrêter, jusqu’à redevenir le monstre qu’elle avait été auparavant. Celle qui avait mené tout une bande de vampire à créer plusieurs génocides… Et se délecter de tous ces morts, où partout on connaissait le nom de Camille Valois ! Non, elle ne voulait pas redevenir ça, redevenir ce qu’elle était…

Elle revint à elle, fronçant les sourcils, elle le regarda entrant dans une pièce, et refermer la porte derrière lui... alors elle se précipita sur la porte, la frappant du poing et s’écriant d’une voix à la fois autoritaire et désespérait.

Alan… Ne fais pas ça. Et sors de là ! Tu n’as rien à y faire… Si tu veux manger, va dans Forks !

_________________

~ Tel une reine dans la nuit
Mon charme te séduit
Ma beauté envoûtante
Fais de toi ma servante ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Mar 24 Fév - 4:00

Alan prit quelques précautions : il avait fermé la porte des escaliers à clef et à moins de ne la forcer en la fracturant, la porte resterait fermée jusqu’à ce qu’elle soit à nouveau rouverte. Il se mit dos à la porte, contre elle, et ferma les yeux quelques temps. Il fallait le temps aux médicaments d’agir, mais aussi qu’il se prépare mentalement à la scène qui allait se passer : s’il prenait un élève en otage dans le lycée même, il serait poursuivit. Il fallait donc user de la ruse. Il détestait ça. Utiliser sa tête pour manger, c’était d’un ennuie profond, surtout que ça ne servait à rien. Quelque chose le tira de sa léthargie pensive : c’était les cris de la belle Camille. Elle tapait du mieux qu’elle pouvait sur la porte.

« - Alan… Ne fais pas ça. Et sors de là ! Tu n’as rien à y faire… Si tu veux manger, va dans Forks ! »

Dans son for intérieur, Alan rit. Croyait-elle vraiment que le lycée de Forks n’était pas l’endroit rêvé pour manger ? Elle se trompait. Tous ces petits élèves qui gazouillaient dans les couloirs et qui n’attendaient que le seul moment de leur vie où ils pourraient enfin servir à quelque chose. Tout au long de sa vie en tant que vampire, Alan avait pu voir les courants évoluer et surtout le cycle adolescent : à son époque, les adolescents d’une quinzaine d’années étaient déjà des hommes, cela faisait depuis leur plus tendre enfance qu’il travaillait et la plus part avait perdu leur virginité bien jeune. Et au fil des années, la mentalité des adolescents avaient évolué, ou du moins, changé. En même temps, ils n’avaient plus toutes ces responsabilités qui faisaient d’eux des personnes matures. Tout leurs était mâché, jusqu’à la dernière bouchée. Aujourd’hui, les enfants sont assistés et se plaignent pour un rien. Quoi que, se plaindre, il est dû à n’importe qui, de n’importe quel époque, de n’importe quelle échelle sociale, de n’importe quel physique de se plaindre. Il en a toujours était ainsi et il en sera toujours de même.

Sur ce, Alan sourit. Il avait vraiment vu beaucoup de choses, durant ses années de vampire. Il passa une main dans la poche de sa veste où était la boîte de médicaments. Rien qu’en l’effleurant, il se sentit plus humain que jamais. Non, le sang n’était pas sa drogue, c’était bel et bien ces médicaments-là qui étaient sa drogue. Il ne pourrait s’en passer. Il ne pouvait s’en passer. S’il s’en passait une seconde fois, il ne savait pas ce qu’il ferait après.
Il se mordit la lèvre inférieure puis commença à marcher dans les couloirs, à la recherche d’une âme perdue. Les mains dans les poches, légèrement recroquevillé, il marchait. Lorsqu’il passa devant une sorte de miroir, il s’arrêta un moment pour se contempler : il faisait vraiment peine à voir, non, pire, il faisait peur. Il ne pourrait jamais séduire qui que ce soit dans cet état là. Lentement, il se redressa, bomba légèrement le torse et esquissa un sourire radieux. Oui, là il ressemblait plus à ce cliché qu’est celui d’être un vampire. Les vampires sont réputés pour leur beauté grandissante. Il était beau, certes, mais ne se mettait pas en valeur, de peur peut-être de trop attiré l’attention sur lui.
Le jeune vampire reprit sa marche, plus assurée. Ses mains étaient sorties de ses poches et ses bras se balançaient au gré de sa marche. Il avait l’air déjà plus serein et bientôt, son manque quotidien de médicaments ne serait plus qu’un vaste souvenir. Il marchait, marchait jusqu’à en user ses semelles et là, sous ses yeux se déroula une scène des plus merveilleuse : une jeune lycéenne, recroquevillait dans un coin, pleurait. Blonde et plutôt mince, c’était l’occasion idéale pour déguster un festin de roi. Il s’avança vers la demoiselle et s’accroupit à ses côtés. Il lui caressa une mèche de cheveux et lui dit en lui adressant un sourire charmeur et réconfortant :


« - Eh bien ma jolie, pourquoi pleures-tu ? Le visage des femmes n’est pas fait pour pleurer mais pour aspirer la joie. ».

La jeune fille, surprise, releva la tête et croisa le regard d’Alan. Ses yeux étaient tout rouges, même si l’on pouvait apercevoir une pointe de couleur noisette. Elle déglutit lentement et bredouilla :

« - Je … T’es qui toi ?! Tu te prends pour qui pour venir me voir ?! Si t’essayes quoi que ce soit, je hurle ! ».

Alan fit la moue. De nos jours, les jeunes demoiselles ne se laissaient plus enivrer par le doux parfum des beaux mots. Il en fallait plus. Il continua en s’asseyant près d’elle :

« - Je sais pas. Je n’aime pas voir les filles pleurer, ça me rend tellement triste, elles qui sont si joyeuses une fois l’amour venu. Mais si malheureuse une fois que l’amour leurs est infidèle… Je ne me trompe ? C’est bien à cause d’un garçon que tu pleures ? ».

Perdue, la jeune fille se remit à pleurer de plus belle, s’agrippant à la veste du jeune vampire :

« - Oui ! Ce salaud m’a laissé pour cette petite garce ! Tout ça parce qu’elle était plus siliconée que moi ! Pourquoi ?! Pourquoi les hommes s’attardent-ils à des détails aussi pitoyables ?! ».

Alan eut envie de rire et haussa un sourcil : non loin de là que ce soit un détail pitoyable, juste une faiblesse masculine. Les hommes préféraient les gros seins, et ils les préfèrent toujours. Ceux qui disent le contraire, c’est ceux qui ont d’autres préférences sexuelles… Il entoura de son bras les épaules de la jeune fille et la blottit contre lui :

« - Ce n’est qu’un idiot, il ne sait pas voir la vraie valeur des gens… Il n’a pas su voir ta vraie valeur, il s’en mordra les doigts, tu verras. ».

« - Et pourquoi es-tu si gentil avec moi ?! ».

« - Parce que ça fait un petit bout de temps que je te regarde et un petit bout de temps que j’espère que tu le largueras, or, c’est cet enfoiré qui t’a l’argué et tu pleures maintenant. Je refuse de te voir pleurer une seconde de plus. Tu veux que j’aille lui casser la gueuler ? ».


Surprise, la fille ouvrit la bouche, tel un poisson hors de l’eau. Elle s’était laissée charmer. Moins de une demi-heure plus tard, ils étaient dans les toilettes des filles, à s’embrasser. Il la plaqua contre une porte et glissa sa main sous le t-shirt de la jeune fille. Elle se laissait totalement faire, c’était d’une facilité déconcertante. Il la fit entrer dans les toilettes, ferma la porte lui retira ses quelques vêtements. Ils firent l’amour dans un silence absolu, du moins, Alan fut obligé de mettre sa main sur la bouche de la jeune fille. Ce que les femmes peuvent-être bruyantes quand elles font l’amour… Une fois sa soif de sexe assagie, il porta ses lèvres au cou de la jeune fille et y planta ses crocs. Trop surprise pour crier, la jeune fille se laissa glisser le long de la paroi, les yeux exorbités, légèrement en train de convulser. Et d’une victime, une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Valois

avatar

Féminin Nombre de messages : 83
Âge rpg : 18 ans ~ 716 ans
Métier : lycéenne
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Ven 6 Mar - 22:58

Ne voyant pas Alan sortir, et surtout ne l’entendant plus, Camille se posa la main sur le front. Elle avait comme qui dirait un mauvais pressentiment, et elle se doutait qu’avec ce drôle de personnage, les ennuie allaient affluer. Et après un soupire, elle décida de partir à pleine foulée. Les pas se faisaient entendre dans tout les couloirs, des pas rapide et réguliers, comme si elle courait ou presque. Elle n’allait pas rester là, vers lui, alors qu’il préparait quelque chose… Cette idée de voir des jeunes adolescents mourir comme ça préoccupait Camille, qui ne voulait pas intervenir mais surtout ne pas être en présence de sang humain.

Elle devait à tout prix faire ce pourquoi elle était venu au lycée aujourd’hui. Déposer ses papiers d’admission ici, au lycée de Forks. Elle se dirigea vers le bureau d’administration, qui était à l’étage. Elle arriva devant une porte où elle vit l’écriteau sur la porte qui indiquait bien qu’elle était devant le bureau d’administration de l’établissement. Elle frappa quelques coups et une voix l’invita à entrer. Elle obéit et se retrouva dans une petite pièce. Là un bureau proche d’un autre porte. Une vieille femme, aux cheveux grisonnant relevé sourit à Camille avec un air nié. Camille s’approcha alors tout en sortant un dossier de son sac.

Bonjour, je viens déposer mon dossier d’inscription au lycée.

Oui, répondit-elle sèchement, vous avez tout rempli ? Oubliez aucune pièce ?

Non, non, tout y est… Camille tendit le dossier et la vieille femme le prit et le posa sur la table. Elle l’ouvrit, et vérifiez si tout était bien rempli tout en tournant les pages.

Bien… vous commencez les cours demain. Venez chercher votre emploi du temps avant 8 heures demain matin.

D’accord, puis Camille sortit de la pièce tout en refermant la porte derrière elle. Elle avait l’habitude de s’inscrire dans les établissements scolaires, pourtant à chaque fois, elle était impressionnée. C’était à chaque fois un nouveau défit… Une nouvelle vie…

Avant de quitter l’établissement, elle décida de sa passer un coup d’eau sur le visage… Alors elle marcha en direction des toilettes des filles. Là, elle sentit, il n’y avait aucun doute, du sang… du sang et un vampire ! Et ces deux odeurs dans le même endroit, pouvaient être une coïncidence ?! NON !! Elle ne sait pourquoi, mais attirée par le sang, elle ne pu s’empêcher d’entrer prétextant vouloir arrêter Alan. Elle ouvrit la porte brusquement, et les une après les autres elle donna un coup dans les portes des toilettes pour voir celle qui était occupée… et une après l’autre elle s’ouvrait, sauf, la quatrième qui bloqué. C’est alors qu’elle sentit Alan, tout autant pour son odeur particulière mais aussi pour ses pensée toutes aussi troubles et terrifiantes. Là, cette sensation qu’il dégageait, celle d’un soulagement, de pulsion assouvit… Elle ne pouvait tolérer ça, elle ne voulait pas qu’il trouble la pérennité qu’elle avait construite.

Elle donna alors plusieurs coups à la porte fermée tout en criant d'un ton énervé.

Alan… Sort de là ou je défonce la porte !

_________________

~ Tel une reine dans la nuit
Mon charme te séduit
Ma beauté envoûtante
Fais de toi ma servante ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Jeu 12 Mar - 11:37

La sonnerie retentit dans les couloirs du lycée de Forks. Alan se releva lentement tout en regardant sa victime à terre. La peau légèrement matte de la jeune fille avait laissé place à une couleur plutôt nacrée, ce qui ravit davantage le travail du jeune vampire. Une flaque de sang avait recouvert le sol. Tellement de sang gâché… Il leva ses mains vers le ciel, elles étaient recouvertes de sang, de sang frais, de couleur « suo ». Il lécha ses doigts, un par un, puis remonta la braguette de son jean. Il secoua son sweet et le remit puis attrapa sa veste qui avait quelques taches de sang. Il examina le cadavre longuement : la jeune fille n’était pas très belle, il ne savait même pas son nom et dans cet état, il la trouvait encore plus pitoyable. Oui, pitoyable. Comment une adolescente peut elle être aussi stupide de se laisser berner par un inconnu, qui plus est, l’emmène dans les toilettes des filles pour faire l’amour. C’est quelque chose qui lui paraissait inconcevable et pourtant, elles se laissaient toutes berner. Il avait bien réussit aussi à avoir quelques hommes à ce jeu mais, les hommes sont plus méfiants. Elle, cette fille, cette pauvre petite lycéenne de Forks, cette pauvre petite âme déchue que son copain avait lâchement trompé c’était fait avoir sans même qu’il n’ait eu à faire d’efforts. Il se congratula lui-même de cet exploit. Il n’avait finalement pas beaucoup usé de ses méninges et il s’en était pas mal sortit. Il aurait rit mais il se retint. Pourquoi ? Il ne le sut pas. En observant bien le cadavre de la jeune fille, elle était beaucoup plus séduisante comme ça : étalée sur le sol, les yeux exorbités par la peur, le sang dégoulinant encore sur son cou si frêle et sa peau d’une couleur immaculée. Il passa sa langue sur ses lèvres et baissa la braguette de son pantalon. Après tout, elle était morte, il l’avait tué, bu son sang, pourquoi s’en priver ? Alan s’accroupit aussi lentement qu’il s’était levé quelques minutes plus tôt puis se jeta sur le corps de la jeune enfant.



Une fois son acte diabolique terminé, il caressa quelques mèches de la jeune fille en lui chantant quelques berceuses de son époque. Il souriait. Serein et assouvit de sa soif, autant de sang que sexuelle, il se releva brutalement en entendant une voix qui lui était familière. Plusieurs portes des toilettes claquèrent jusqu’à ce que le pied de la demoiselle Valois s’abatte sur la porte de la cabine qu’occupaient Alan et la jeune morte.



« -Alan… Sort de là ou je défonce la porte ! »



Le jeune sociopathe n’attendait que ça. Il se frotta les mains, tout sourire, puis déverrouilla la porte : les yeux de Camille étaient grands ouverts. Vu l’état du cadavre, il était tout à fait normal, pour une personne « normale », d’être dans un état pareil. Il remonta, à nouveau, la braguette de son jean et entraîna la belle Camille à l’intérieure de la cabine. Il la verrouilla aussitôt qu’ils furent dedans. Il la plaqua contre le mur puis glissa deux doigts dans le sang de la jeune morte ; il agita sous le nez de la belle Valois les quelques gouttes de sang sur ses doigts puis lui susurra, tel le serpent insitant Eve à goûter au fruit défendu :



« - Et bien, Camille… Je sais que tu en as envie. Pourquoi se priver d’un tel plaisir ? Regarde son corps, regarde son sang bordel ! Tu as envie d’elle, de son sang, bois ! Mais bois ! ».

Son ton devenait de plus en plus menaçant, de plus en plus colérique. Il l’agrippa fortement par le col et lui glissa ses doigts dans la bouche. Les gouttes de sang coulèrent le long de la gorge de la belle Camille. Alan jouissait. Il lui rendrait sa vraie nature, il lui rendrait sa vie de vampire assassin. Il riait, s’exaltait, criait. Une fois le moment passé, il glissa ses lèvres dans le cou de la belle duchesse. Il la couvrit de baisers puis lui mordilla l’oreille en lui murmurant :




« - Viens à moi, Camille Valois… Redeviens le monstre que tu étais… ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Valois

avatar

Féminin Nombre de messages : 83
Âge rpg : 18 ans ~ 716 ans
Métier : lycéenne
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Mar 17 Mar - 15:14

Camille arriva face à la porte bloquée, bloquée certainement par un verrou… sans aucun doute Alan était enfermé dans ce cabinet avec une personne… le sang se faisait sentir dans toute la pièce. Camille se sentait drôle, en appétit, une sensation qu’elle n’avait pas eut depuis un moment… très longtemps ! Elle qui avait évité tout contact avec le sang humain…

Elle entendit la porte se déverrouiller, elle la poussa d’un coup et vit en face d’elle le cadavre étalée, là devant elle. Une jeune fille plongée dans une marre de sang, dans son sang… ce liquide rouge dont tous les vampires raffolent, tous les vampires se nourrissent… cette drogue qui fait naitre une frénésie dans chacun de ces être appartenant à cette race… Camille ne voyait que cette fille, cette enfant probablement morte… Une sensation tout autant chaude que froide traversa son corps, comme une tentation. Camille était tout aussi effrayée que désespérée…

Elle sentit alors une force la tirer, elle tourna son regard et se retrouva en un rien de temps à l’intérieur de la cabine, ce n’était qu’Alan qui l’avait tiré dans les toilettes. Il verrouilla la porte et la jeune fille tourna son regard sur lui, des yeux en colère, des yeux méprisant, mais elle resta là, sans savoir que faire, pétrifié, elle n’eut le force de partir, la tentation la rendait aussi immobile qu’une statue. Le vampire plaqua la comtesse contre le mur, et toujours en le fixant, sans dire un mot, elle le laissa faire. Camille le regardait glisser ses doigts dans la marre de sang qui s’écoulait sur le sol. Il agita ses doigts devant le visage de Camille comme pour la soumettre, elle ferma les yeux ne voulant pas gâcher ce qu’elle avait construit, ne désirant pas devenir ce qu’elle a refusé de devenir… Néanmoins, cette odeur était des plus appétissante, une atmosphère de mélancolie s’installa, comme si des souvenirs volontairement effacé de sa mémoire lui revenaient en tête… une sensation de déjà vu ! Ses yeux fermés, elle entendait Alan lui ordonner d’y gouter… que voulait-il faire ?! Il ne savait pas ce qu’il allait réveiller, il ne savait pas ce que Camille avait pu faire en tant que vampire affirmait. Peut être était il conscient de ce qu’il allait réveiller…

Déchirée entre la raison et la tentation, elle n’eut d’autre choix que d’y gouter. Elle sentit Alan l’agrippant par le col et lui faire gouter ce sang, ces quelques gouttes qui coulèrent dans la gorge de Camille… ces quelques gouttes qu’elle appréciait comme un désire longtemps refoulé. L’expression de son visage devint plus serein, plus calme. Elle ouvrit ses yeux, passa sa langue sur ses douce lèvres tout en regardant ce sang à ses pieds qui ne demandait qu’à être bu… Alors qu’Alan embrassa son coup, la jeune femme sentit la limite de sa raison venir, et la barrière de la tentation allez être dépassée… Le vampire lui mordilla l’oreille, et lui souffla quelques mots.

Penses-tu que… ?!

Les papilles frémissaient et se léchant les babines, elle s’adressa d’un ton autoritaire au jeune vampire.

Lève là ! Que je puisse y gouter…

Le regard insistant et fier, incita Alan à obéir. Il était hors de question que la jeune fille se baissa pour ramasser le corps…

_________________

~ Tel une reine dans la nuit
Mon charme te séduit
Ma beauté envoûtante
Fais de toi ma servante ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Jeu 19 Mar - 16:49

Sans hésiter une seconde, Alan se baissa et leva le corps de la jeune défunte. Il la tenait fermement pour que Camille puisse se régaler de son sang à sa guise, voir plus. Le jeune vampire était tellement heureux de ce qui lui arrivait, de ce qu’il avait fait, qu’il n’arrêtait de sourire. Enfin il avait trouvé quelqu’un comme lui, qui pouvait apprécier les plaisirs de la gourmandise. Jamais il n'avait cessé d'espérer de rencontrer quelqu'un comme elle .Elle lui apporterait certainement toute l’attention qu’il avait espéré. Dans toute sa vie de débauches et de mur couvert de sang, il avait eu l’espoir qu’un jour, quelqu’un l’aiderait, quelqu’un l’appuierait dans son « mouvement » pour la liberté des seigneurs de la nuit. Oui, Alan se considérait comme un seigneur de la nuit. Il avait tous les pouvoirs une fois la nuit tombée. Même si le jour, en l’occurrence en ce jour, il pouvait faire ce qui lui plaisait. Mais la nuit, Ô la nuit, il savait qu’il était le maître, il savait qu’il régnait sur la population humaine et peut-être même, vu son arrogance et son orgueil, qu’il pourrait régner sur les vampires. Il pourrait être un chef digne de ce nom, un chef qui conduirait les vampires jusqu’au sommet, jusqu’à leur apothéose. Il serait le seul. Et Camille l’aiderait pour ça, il en était sûr. Les yeux de Camille renfermaient une lueur d’envie de conquérir ce monde, d’envie folle de trouver le sang le plus pur qu’il soit, tel le Graal. Elle l’aiderait, il en était persuadé.

Le jeune vampire s’enflammait dans ses pensées, mais il réalisa que la jeune femme ne s’était toujours pas jetée sur le corps de la jeune fille. Peut-être parce que la fille était morte et que le sang des morts ne lui apporterait rien. Ou… Avait-elle changé d’avis ? Alan ne pouvait pas penser une chose pareil, non. Il devait se contenter de croire en elle et en cet avenir qu’il effleurait du bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Valois

avatar

Féminin Nombre de messages : 83
Âge rpg : 18 ans ~ 716 ans
Métier : lycéenne
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Sam 18 Avr - 3:17

[vraiment désolée pour mon retard.... je n'ai vraiment aucun excuse valable ^^"]

Camille observa Alan tenant fermement le corps mort de cette jeune lycéenne qui n’avait rien demandé si ce n’était de vivre. Le sang dégoulinait d’une partie de son visage qui avait lui-même trempé de ce liquide, dans son propre sang… Camille se mordit la lèvre inférieure. Elle ressentit dans cette ambiance, enfermée avec un repas et accompagnée d’un homme, qui malgré son apparence un peu négligé, était tout de même assez séduisant. Tous les sens de la jeune vampire étaient en éveil, un air de nostalgie rempli Mademoiselle Valois de souvenir de tueries et de débauches, les souvenirs de son ancienne vie… pourtant, malgré ça, un sourire se dessina sur ses lèvres, elle glissa deux doigts sur le visage dégoulinant du pauvre cadavre et en lécha les extrémités tout en fermant les yeux… Contrairement à ce qu’elle pensait, elle ne ressentit en aucun cas un dégout, mais plutôt comme une libération… oui un sentiment de liberté qu’elle avait jadis connue… Mais même si l’ancienne Camille avait envi de resurgir, de revivre de nouveau, jamais aucune de ses personnalités ne mangeraient derrière un autre vampire… Comme si Camille allait passer après quelqu’un d’autre, et peu importe qui était ce quelqu’un d’autre !

Elle lécha entièrement ses doigts ne laissant aucunes traces de sang sur les deux extrémités de sa main, si ce n’est l’odeur du liquide rougeâtre sortant du corps inerte. Tout en regardant Alan, d’une façon peut commune, comme si elle cherchait à l’attirer dans son lit, ou tout simplement à lui donner envi, elle s’approcha de lui, puis de sa bouche, allant l’embrasser, elle s’arrêta à quelques centimètre, voire quelques millimètre avant de sourire et de se diriger vers son oriel, où elle chuchota d’une voie tout aussi calme que frissonnante.

Tu ose me faire passer après toi ! Honte à toi… tu ne sais donc toujours pas qui je suis !

Peu importe la Camille qui parlait, toutes ses facettes savaient comment mettre un homme à ses pieds... Rien de plus facile pour Camille quand elle le voulait !

Camille se retourna, poussa un grand coup la porte avec son pied afin de l’ouvrir, la porte s’explosa contre le mur d’en face, donnant un accès pour Camille qui en profita pour quitter la pièce puis une fois dans le couloir, elle se mit à courir en dehors du bâtiment tout en tenant sa bouche avec sa main, prenant conscience de ce qui venait de se passer…

_________________

~ Tel une reine dans la nuit
Mon charme te séduit
Ma beauté envoûtante
Fais de toi ma servante ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   Sam 18 Avr - 22:08

Alan jubilait. Intérieurement d'abord puis, en voyant la jeune femme s'enfuir, il se mit à hurler de rire. Tout en riant, il leva les mains au ciel, lâchant ainsi le corps inerte de la jeune fille, pour se laisser aller à rire. C'était un rire sinistre et machiavélique. Il se sentait puissant, infaillible et indomptable. Personne ne pourrait lui résister ou même se mettre en travers de son chemin. Camille avait replongé, il avait effleuré ses lèvres, tout était parfait. Il n'irait certainement pas lui courir après, non. C'est elle qui reviendrait. Et si par malheur, elle ne reviendrait pas, il la chasserait, il la retrouverait et il la referait replonger à nouveau dans la débauche et l'excès.

Ses mains étaient couvertes de sang, il les contempla un instant avant de les lécher jusqu'à ce qu'elles reprennent leur couleur naturelle. Une fois son festin terminé, il enjamba le corps qui baignait dans son sang pour sortir des toilettes. Il marchait tranquillement, plus personne ne traversait les couloirs. Tout les élèves avaient regagné leurs classes. Il était seul à se prommener dans le lycée. Il finit tout de même par sortir et trouva quelques adolescents rebels qui séchaient les cours pour fûmer en cachette. C'était une scène pathétique, il fallait l'avouer, mais il avait besoin d'une cigarette pour lui faire oublier le goût du sang, des médicaments et de cette chaleur qui l'avait envahit en caressant les lèvres de Camille. S'il aurait pu frissoner, il l'eut fait. Il demanda à des jeunes de le dépanner de quelques cigarettes, ceux-ci, trop éblouit par le style d'Alan lui en donnèrent bien plus qu'il n'en aurait fallu. Ils n'avaient même pas remarqué le sang sur les habits du vampire, le sang de leur camarade de classe peut-être, d'une amie ou d'une petite amie, d'une ennemie ou tout simplement une inconnue. Il sortit son zippo et alluma une cigarette. Il tira une longue bouffée tout en marchant tranquillement. Oui, il la retrouverait, car il savait au fond qu'elle ne reviendrait jamais de son plein grés. Lorsqu'Alan avait une proie en tête, jamais il ne la lacherait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée de Camille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée de Camille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Camille Chalmers rejette le DNSCRP comme un instrument de politique Néo-libérale
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contemplation :: || Forks || :: Lycée.-
Sauter vers: