Contemplation

Absorbée par la contemplation de leur traits si parfaits, elle ne s'était pas rendue compte de ce qu'ils étaient, réellement...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Vampire] Méléna Bourgeois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Vampire] Méléna Bourgeois   Jeu 3 Sep - 3:10

:: Méléna Bourgeois ::
( 20 Juin 423 - 20 Juin 450 )




  • Nom : Bourgeois.
  • Prénom : Méléna.
  • Surnom : Elle n'en a pas.
  • Nationalité : Grecque.
  • Âge : 1586 ans, elle a été mordue à l'âge de 27 ans, même si elle n'en fait que 20.
  • Race : Vampire.
  • Clan : Préfère rester seule.



  • Caractère physique :
    Anthéa est une jeune fille aux traits féminins et doux. Elle a une silhouette des plus sveltes, et elle mesure un peu plus d’un mètre soixante, pour quarante kilogrammes, toute mouillée. Ses cheveux châtains possèdent des reflets rouges, ce qui fait son succès, car si on sait que c’est un vampire, on pourrait se dire que cela représente le sang qu’elle a fais couler au travers de ses victimes. Mais en fait, ces cheveux sont cause de tout son malheur, mais maintenant qu’elle est vampire, elle les entretient avec plaisir, adorant les relever avec des baguettes ou autres. Ses yeux semblent être un mélange d'un bleu gris particulier avec une teinte de violet selon le reflet de la lumière, mais dès que la bête la possède, ils s'assombrissent jusqu'au noir d'ébène. Une peau des plus pâles, à en rendre blanche neige jalouse. C’est pour vous dire. Elle a un ventre plat et un petit dessin à l’opposé, dans le creux de ses reins. Et oui, étant une vampire, et ne restant plus vraiment la douleur, elle eut envie de tester les tatouages. Une rose noire, oui, toute colorée de noire, et entourée de ronces. Elle a une allure et une démarche fière, ne baisse jamais la tête devant les autres, à moins que ce genre de gestes peut lui retirer profit plus tard. Elle est toujours habillée de manière élégante.


  • Caractère mentale :
    Anthéa est une jeune fille des plus tendres, elle est enfantine et rêveuse. Elle a vécu toutes les misères du monde et c’est peu de le dire. Mais elle garde un sourire d’ange et un espoir de vivre heureuse un jour. Avec toute l’immortalité qui l’attend, elle espère bien en tout cas. Sinon, de l’autre coté nous avons Méléna, une vampire froide et sadique, elle ne supporte pas qu’on essaye de la dominer, depuis sa rencontre avec le Hun. Vous avez du surement comprendre comment et pourquoi Anthéa s’est retrouvée ‘cacher' dans ce vampire distant. Tellement opposée pour palier à ses faiblesses d'Anthéa, Méléna est fière, ne montre aucun sentiment quand elle n'en estime pas le besoin, elle fait tout pour être intouchable. De plus, elle fait ressortir une aura menaçante et impressionnante, ne serait ce que par ses années vécues, mais aussi son passé. Qu'en est-il d'Anthéa, est-elle au moins une fois ressortie, a-t-elle non seulement une fois permis à quelqu'un de la connaître ? C'est difficile à dire, elle a pu être influencer par des êtres autour de Méléna, mais c'est toujours cette façade si froide qui est présente, telle une muraille infranchissable. Pourtant, il n'y a pas que de la froideur, car elle aime plaire, elle aime la séduction, des petits jeux qu'elle dirige et domine jusqu'au lit à la perfection.... ce n'est pas une vampire pour rien, buveuse de sang et avide de luxure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Vampire] Méléna Bourgeois   Jeu 3 Sep - 3:11


  • Histoire :
    Le 20 juin 423, en Grèce, un bébé venait de naître. Ses pleurs étaient perçants, signe de bonne santé et d’une force vigoureuse futur, d’après la jeune demoiselle qui avait aidé à l’accouchement. Moins de 3 kilos, mais c’était normal pour l’époque, le bambin fut nettoyer, à moitié noyer par une bonne femme qui ne savait pas très bien faire, puis enrouler dans un linge blanc et propre pour être porter dans les bras de son père, sa mère avait fais un malaise. Le premier mot que le père prononça en voyant le bébé fut « Anthéa ». Pourquoi me direz-vous ? Simplement parce que la petite avait des cheveux au reflet rouges sang, rappelant le sang des morts, donc elle avait surement un lien avec des démons de l’enfer. Bien entendu, tous les soupçons se posèrent sur la mère, elle avait obligatoirement fauté pour avoir un enfant de la sorte. Qui plus est, avec un démon des enfers et peut être avec le dieu lui-même. La jeune femme qui venait, il y a à peine 9 mois de se marier à l’homme qu’elle aimait, se fit égorgée par on ne sait qui. Tous mis la faute sur cette enfant maudite, pourtant le bambin, elle n’avait rien fais. Elle se retrouva moins du lendemain suivant, à la rue, au bord d’une rive.

    Ce fut une jeune demoiselle qui la recueillit tendrement dans ses bras et dans son humble masure de paysanne. A l’époque, elle n’avait pas fais la liaison de la couleur de cheveux de la fillette avec un quelconque sang ou maléfice. Puis l’enfant grandit, et pour sa survie, la jeune demoiselle qui prenait rapidement de l’âge l’éleva comme s’il s’y agissait de son fils. De longs cheveux couleurs châtains poussés alors, noués en une belle natte faite avec amour, les reflets s'estompaient lentement. Ce pseudo bonheur dura pendant 5 années. Alors qu’un matin, un barbare entra dans la maison de la paysanne, il n’avait heureusement pas vu la jeune enfant, celle-ci cachée sous l’armoire de la chambre de sa mère adoptive. Elle assista en silence, et en pleurs, au viol de la seule personne qui lui avait donné le moindre amour. Le cadavre de celle-ci, une fois dépouillé de tout ce qui pouvait servir, se retrouva laisser là, comme une ordure de trop. La pauvre petite enfant attendit un jour avant de sortir de sa cachette, l’odeur était injecte, mais peu un importe, elle n’osait pas sortir de sous le meuble, de peur que l’homme revienne pour lui offrir le même sort qu’à sa douce mère. De plus, le fait de rester cacher, pour elle, c’était comme lorsqu’elle avait peur ou fais un mauvais rêve, elle se cachait sois sous son lit, sois sous sa couette, et toujours, sans aucune exception, la jeune femme venait la consoler. Lui disant des mots tendres, tout passait plus facilement, mais cette fois, ce n’était pas pareil. A 5 ans à peine, elle connaissait déjà la mort, elle l’avait déjà rencontrée, et elle allait surement la croiser encore et encore. Elle fit tomber, avec la plus grande des peines qui soit, le corps sans âme de la jeune femme dans un faussé qui délimitait le terrain qui lui appartenait désormais.

    Plusieurs jours après, le roi avait appris qu’un terrain inexploité avait vu le jour, après la mort subite et sans grande importance d’une paysanne. Bien entendu, on parlait de la mère adoptive d’Anthéa, et le roi, ayant trouvé l’enfant dans la chaumière, la prit dans ses bras en disant de simples paroles : « Cet enfant a survécu à la mort. Il a surmonté la peine. Il est digne d’être mon fils. » Puis l’homme au sang royal rentra chez lui, après avoir donné ordre de raser la maison, et en emportant l’enfant dans ses bras. Arrivée à la demeure du nouveau père d’Anthéa, celle-ci se retrouva dans les mains de plusieurs femmes qui avaient pour devoir de la rendre présentable, de la nourrir, mais rapidement la question se posa. Pourquoi cette petite fille avait-il toutes les manières des petits garçons ? Le roi eut vent d’une enfant laissée pour morte il y a 5 ans. Alors c’était elle, cette enfant du démon, cette preuve de la perversité des femmes adultères. Mais bon, cette enfant avait tellement une adorable bouille, comment la mettre à la porte encore une fois d’un foyer ? L’homme prit la décision, pour pas qu’il y ait de soucis, qu’il soit aux yeux de tous, un fils. Mais qu’on lui apprenne aussi à être une jeune demoiselle. L’enfant prit assez rapidement de l’âge, de la maturité, et surtout de la beauté. Féminine certes, mais filles comme garçons, tout le monde la trouvait plus que plaisante. Mais un nouveau problème se posta devant la porte du palais. Âgée de 10ans, un roi d’une contrée voisine voulue faire une alliance, par un mariage. La supercherie aurait vite été découverte, alors il refusa, disant que son fils n’était pas encore apte pour être marié même si c’était à une princesse de son âge, peu importe, il fallait cacher la mascarade. Tout fit alors rapidement mis en œuvre pour monter une encore plus grosse mascarade, faisant croire à la mort du dit jeune fils, et Anthéa devait devenir la protégée du roi. On lui coupa les cheveux, on l’habilla comme un sac, pour ne pas laisser voir son corps si pâle et féminin qui avait pris la place sur les manières masculines qu'on lui avait apprises, on dit rapidement que Anthéa était plus faite pour les arts que pour la guerre. Sa culture littéraire fit un immense bond en avant, elle apprit à lire plusieurs langues, elle lisait tout ce qu’elle pouvait, et tout ceci se passa en trois ans. Pour ces 13 ans, il se fit entendre dans la cité que le jeune prince avait été tué, dans la nuit. Bien entendu, le peuple demandait des preuves, alors comme pour cacher la pureté de la jeune fausse morte, c’est là que l’on coupa les cheveux d’Anthéa pour les montrer aux habitants, qui se retrouvèrent dans un jour de faux deuil. Et c’est ainsi que la jeune fille apprit l’art du mensonge et du subterfuge. En tout cas, elle se fit remarquer, une fois toute cette histoire laissée de côté, par un charmant poète, vagabond. Après une courte mais directe entre vue avec le roi, la jeune aux cheveux châtains, maintenant, disait au revoir à son père adoptif.

    « Cette enfant, même si elle n’est pas ma chair, ni mon sang, sera toujours l’enfant de mon cœur.
    _ Ne vous en faites pas, Seigneur, elle vous reviendra dans quelques années, je m’occuperai d'elle. »

    Sans avoir son mot à dire pour appuyer le poète, ils se mirent rapidement en route, Anthéa, le poète, et la femme de celui-ci. Qu’est-ce que vous avez cru ? Que la jeune fille allait avoir une histoire d’amour heureuse et que vous alliez voir to be continued ? Redescendez sur terre. Les deux adultes furent alors comme les nouveaux parents de la jeune enfant qui se retrouva de nouveau avec le prénom d’Anthéa, car la femme du poète était en admiration devant les cheveux de l’adolescente et avait fais un rapprochement moins ‘profanateur’ entre l’enfant et le dieu des enfers. La plus part des poèmes que la jeune fille écrivait parler de mort, d’enfers, de dieu, de famille. Elle fut assez célèbre dans plusieurs petits pays visitant ce que l’on appelait le monde à l’époque. L’amour que ce couple lui donnait, était la bienvenue. Mais malheureusement, après un accouchement dans la douleur, la femme du poète mourra dans d’atroces souffrances, alors que la jeune fille qui portait le prénom d’Anthéa venait à peine d’avoir 14 ans.

    L’enfant se retrouva avec un nom tendre aux oreilles, Lys, car la fleur préférée de la mère était, vous l’auriez compris, le lys. Magnifique fleur qui représente la pureté. Le petit garçon se retrouva à être élever par le poète et l'enfant, mais Anthéa prit la place de la mère, sans la remplacer vraiment. Le charmant poète commençait même à être attirer par la jeune adulte, pas qu’il ne l’était pas avant, mais avant il y avait sa femme, et la fidélité était mieux que la tromperie de son point de vue. Mais cela resta un amour platonique, car ni l’un ni l’autre n’osait faire le premier pas, mais des mots doux et poèmes s’échangeaient. Anthéa ne savait pas à l’époque que ceci pouvait s’appeler communément l’amour. Deux ans plus tard, la promesse du poète envers la mère adoptive de son protégé fut accomplit. Arrivant à une cité qui n’était plus la même. On apprit rapidement que le roi était mort, que la cité avait été envahi par des communautés barbares. Cette nouvelle les fit partir d’ici sans plus attendre. Les barbares n’étaient pas forcément portés dans le cœur de la jeune fille. Après avoir pris un bateau pour arriver sur un pays du nom d’Italie, où ils avaient déjà été plusieurs fois, ils commencèrent à marcher pour aller en Gaule. Leur art leur faisait gagner juste de quoi manger, alors la jeune femme ne prenait pas un gramme. Les marques du voyage mais de la fraternité traçaient sur son visage, un air doux et assez enfantin, comme celui d’un garnement qui déballe le cadeau le plus attendu de sa vie. Lys grandissait lentement et surement, la beauté de son père se lisait facilement et pour rigoler, la phrase préférée que disait Anthéa au bambin était « Tu as hérité par ton père, d’un malheur. Celui de faire chavirer les cœurs. »

    Le père, lui, se faisait assez maigre et pale, encore plus que la pâleur habituelle de la peau de la jeune femme de 15 ans, désormais. Aux frontières de l’Italie, l’homme montra enfin les symptômes d’une maladie incurable, surement une épidémie ou autre. Ce qui était fréquent à cette époque. La jeune et belle Anthéa commençait à, de son côté, attirer la plus part des regards, féminins ou masculins, ce qui la rendit un peu plus timide qu’à l’habituel. La maladie se retrouva être une leucémie, mais au Vème siècle après J.C., les moyens si pauvres de la médecine ne suent que le faire mourir dans la souffrance. Et Lys et Anthéa se retrouvèrent alors, seuls, mais à deux. L’enfant était encore trop petit pour comprendre, mais l’adolescente, elle, avait tout bien compris que si le bambin restait avec lui, il ne lui arriverait que des problèmes et surement une mort atroce comme celle qu’avaient eu tous les êtres tendres envers la jeune grecque. C’est alors, que le jeune homme aux cheveux de marron se mit à essayer de mettre entre de bonnes mains le jeune enfant. Mais malheureusement, au bout de deux ans de marche et d’errance, sans but certain, l’enfant se retrouva en manque de besoins vitaux, comme certains fruits et légumes. Anthéa ne gagnant que peu d’argent grâce à ses poèmes, elle se mit en œuvre pour se trouver un travail. Mais lors de sa première paye, il était trop tard.

    L’enfant de trois ans s’était étouffé en dormant. Et oui, il n’était même pas mort à cause d’une quelconque carence. Cela causa beaucoup de peine à la jeune femme qui décida de laisser de nouveau ses cheveux pousser. Son travail se résumait à nettoyer les thermes après le passage des hommes aux bains. Cela n’était pas très compliqué. Puis parfois, elle devait aller en épiler quelques uns, ou leur faire la lecture de poèmes. Vous l’aurez compris, la jeune femme était retournée en Italie, ou plutôt, elle n’avait même pas dépassé la frontière, depuis la mort du père de Lys. Anthéa ne s’attacha plus à personne, ou du moins, elle ne laissait jamais rien paraitre de ces quelques sentiments. Même pas de l’amitié, et on lui reprochait assez souvent d’être trop froide. Mais peut être que s’ils savaient ce qu’elle avait vécu. Peut être qu’ils la comprendraient. Mais tout cela n’arriva pas, car la jeune femme ne voulait absolument pas que cela se sache, sa vie de misère, de mort et de peine. En 10 ans, la jeune femme continua son travail aux thermes, avant de se décider à aller visiter ce fameux pays qu'était la Gaule. Mais bien entendu, elle ne pouvait jamais avoir une vie tranquille. Déjà dix ans de tranquillité, c’était déjà bien. La guerre était en cours avec encore des barbares. De plus, en Champagne, dans un petit village, une petite masure servait de maison à Anthéa.

    Un soir, alors qu’elle n’arrivait pas à dormir, elle entendit un bruit de vacarme. Elle se releva en flèche, allumant la petite bougie qui lui servait de lumière, pour se relever, et aller voir ce qui avait fais ce bruit. Ce n’était pas un jour comme les autres, de plus, c’était la veille de son anniversaire. Le belle demoiselle, qui faisait moins que son âge, entra dans la cuisine pour voir un homme assit à table, un cadavre d’enfant sur celle-ci, elle poussa un cri horrifié et fit tomber sa petite bougie qui se retrouva éteinte par une flaque de sang qui coulait de la table. La salle n’eut plus que pour lumière, celle faite par la lune. La jeune Anthéa avait posé sa main sur ses lèvres après son cri, l’homme en face d'elle avait du sang qui coulait sur son menton, qui plus est le sang de cet enfant mort sur cette table. L’enfant était blond, surement un de ses barbares, ils étaient tous blonds, ou du moins, tout ceux qu’elle avait vu étaient blonds. Le corps de cet enfant était petit, il ne prenait même pas la moitié de la table, elle eut l’impression de revoir Lys sur la table. Ce petit corps n’avait pas eu la chance de vivre assez longtemps pour surement connaitre sa famille sur le bout des doigts. Mais le barbare assit devant lui, avait des cheveux noirs comme la cendre, mais des yeux rouges, tel le sang qui lui recouvrait la bouche et qu’il se léchait avidement. En un simple battement de cils, Anthéa sentit le mur dans son dos et vu l’homme, au sourire sadiquement angélique, debout devant elle, le bloquant contre le dit mur. Anthéa, qui n’avait connu aucun amour physique, fut très surprise de sentir les lèvres du vampire dans son cou. Puis elle le vit se reculer pour se baisser et prendre la petite lanterne qui cachait la bougie de toute à l’heure. Celle-ci pleine de sang, fut relevée du sol, le brun la tenant par la hanse, il regarda sa nouvelle proie toujours avec le même sourire, lui faisant signe de se taire et donc de ne plus crier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Vampire] Méléna Bourgeois   Jeu 3 Sep - 3:12

    La nuit se passa. Mal pour Anthéa, bien pour le vampire. Non, notre chère enfant n’est pas morte. Quoi que d’un certain point de vue, elle est morte, mais revit une nouvelle vie à partir de ce soir là. Elle se retrouva lier, dans les jours qui suivent, au lit par tout et n’importe quoi. Passant par des rubans pour les cheveux, des morceaux de tissu ou une espèce de corde. Tout était bon pour ne pas la laisser s’échapper. Étant nourrie que lorsque son bourreau le voulait bien, elle faisait ressortir le monstre qui était en elle à cause de son nouveau statu de vampire. De multiples tortures se retrouvèrent exécuter sur le corps de ce nouveau jouet sexuel, alors, qu’à cause de l’absence du Hun à la bataille le 20 juin 450, les Huns et Attila furent enfin battus. Elle passa deux semaines avec cet homme, avant que celui-ci ne parte sans rien dire un soir. Quoi que Anthéa n’allait surtout pas le retenir. Brisée physiquement et mentalement, elle avait envie de voir sa mort venir mais rien n’y faisait. Pour un vampire, la mort absolue réside dans l’abandon au soleil, et donc une mort pleine de souffrance. Elle ne pouvait pas s’y résoudre. Alors, elle vécue sa vie de vampire, en profitant au mieux possible, se faisant la promesse à elle-même, que plus jamais, on ne la prendrait sans son accord, mais bien entendu, pour elle, c’était plus personne ne la prendrait tout court.

    Plus de mille ans plus tard, la jeune Anthéa rencontra, en France, un charmant jeune homme des plus riches, du prénom de William Bourgeois. Elle aurait bien eu envie de le faire devenir vampire et le garder avec elle, mais il en fut rien. La solitude lui allait si bien en ce moment, elle avait quand même réussi à passer plus de 1000 ans seule, alors bon, un peu plus, un peu moins. Elle se faufila, avec la permission de l’homme, bien entendu, dans la chambre de celui-ci. Le vidant de son sang en le mordant à plusieurs endroits, pour le faire souffrir plus longtemps. Les poignets… Le torse… Le ventre… Puis la gorge pour l’achever. Elle tua ensuite, toute la famille, faisant croire que tout lui revenait, par un quelconque papier qui servait de faux testament. Elle se fit appeler alors Méléna Bourgeois, et voici sa nouvelle identité.

    Aujourd'hui, ou plutôt, de nos jours, elle a décidé de vivre avec les humains, en contenant sa faim, il faut dire qu'elle avait appris à se contrôler depuis le temps. Elle a trouvé un petit boulot à Port Angeles dans un restaurant, en tant que serveuse.


  • Don :
    Prend possession des âmes des personnes mordues, qu'elle transforme ou non.


  • Informations supplémentaires :
    Elle a appris des tonnes de choses, parle couramment plus de 7 langues. Elle joue de plusieurs instruments, et a toujours eu un talent pour l’écriture.
Revenir en haut Aller en bas
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: [Vampire] Méléna Bourgeois   Jeu 3 Sep - 22:03

Joliiiiie =D ! Bienvenue parmi nous, enfin un vampire , un vrai ♥ /PAN/.

j'iame beaucoup ton histoire , très très recherchée =3 ! Au plaisir de te voir rp ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Vampire] Méléna Bourgeois   Jeu 3 Sep - 22:17

    J'avoue que je suis assez fière de cette histoire, à la base, elle était pour un vampire mâle, mais au final, je me suis dis que faire une fille me changerait de mes rp habituels.
    En tout cas, merci 8D.
Revenir en haut Aller en bas
Alan Linard
Admin Sociopathe-pervers-sadique
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 24
Clan || Meute || Famille : Clan Negens
Âge rpg : Trop vieux pour être comptabilisé ...
Métier : Buveur de sang// Modo Tout Puissant
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: [Vampire] Méléna Bourgeois   Jeu 3 Sep - 22:22

De rien ;) ! Franchement, joli travail =D ! Hâte de lire tes postes et qui sait, peut-être même rp avec toi x) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Vampire] Méléna Bourgeois   Ven 4 Sep - 2:12

    Qui sait, qui sait x). Peut être. J'attends d'abord d'être validée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Vampire] Méléna Bourgeois   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vampire] Méléna Bourgeois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» - 04. Guide du Petit Vampire et du Petit Lycan.
» Rosen Vampire
» The Vampire Diaries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Contemplation :: || Archives || :: Corbeille-
Sauter vers: